Navigation

Skiplink navigation

Le procureur de la Confédération Michael Lauber est sur la sellette

Le procureur fédéral Michael Lauber lors d'une conférence de presse sur les "Football Leaks" le 21 novembre 2018 à Berne. © Keystone / Peter Schneider

L'Autorité de surveillance du parquet suisse l’a annoncé ce jeudi: une enquête préliminaire a été ouverte pour faire la lumière sur une supposée nouvelle rencontre non déclarée entre le président de la Fifa, Gianni Infantino, et le procureur général suisse, Michael Lauber.

Ce contenu a été publié le 26 avril 2019 - 14:00
swissinfo.ch et RTS

Le Ministère public de la Confédération (MPC) mène des investigations sur la FIFA depuis 2015, rappelle l'autorité de surveillance dans son rapport annuel publié jeudi. À la suite d’une plainte pénale de la FIFA déposée en 2014 sous la présidence de Joseph Blatter, une enquête pénale a été ouverte contre inconnu pour gestion déloyale, escroquerie, abus de confiance et blanchiment d'argent.

Par la suite, l’enquête s’est élargie à un véritable complexe d’affaires. Le MPC mène actuellement près de 25 enquêtes pénales, collabore avec 15 autorités étrangères et analyse des documents représentant un volume total de données de 19 terrabytes. En tant que personne morale, la FIFA n’est accusée dans aucune des procédures, elle est partie plaignante et coopère en vue d'éclaircir les faits avec le MPC.

Contenu externe

Sans procès-verbal

Etant donné la complexité de l'enquête, l'Autorité de surveillance du MPC reconnaît la nécessité pour les autorités de discuter de la suite de la procédure avec les parties. Le fait que deux rencontres informelles aient eu lieu en 2016 entre Michael Lauber et le président de la FIFA Gianni Infantino ne lui semble donc pas problématique en tant que tel.

Les exigences du Code de procédure pénale n'ont toutefois pas été respectées. Tous les actes essentiels de procédure doivent faire l'objet d'un procès-verbal, ce qui n'a pas été le cas. L'autorité a donc recommandé en novembre 2018 de consigner désormais dans le dossier de la procédure les discussions menées avec les parties et d'autres personnes participant à la procédure.

Enquête disciplinaire?

La mise en œuvre de la recommandation sera contrôlée d'ici fin 2019, mais les choses pourraient aller beaucoup plus loin. L'Autorité de surveillance examine si une enquête disciplinaire doit être menée contre Michael Lauber. En cause: une supposée troisième rencontre avec Gianni Infantino en 2017, révélée la semaine dernière par des journaux du groupe Tamedia.

L'enquête préliminaire devrait être terminée d'ici la fin de la première semaine de mai. Le résultat pourrait avoir un impact sur la réélection par le Parlement du procureur général pour la période 2020-2023.

«Michael Lauber a bien entamé son capital confiance»: l'analyse de Rouven Gueissaz (RTS).

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article