Navigation

Transparence des partis: vote test dans deux cantons

Le 10 octobre dernier, des parlementaires de gauche ont participé au dépôt à la Chancellerie fédérale d'une initiative populaire demandant plus de transparence dans les partis politiques. Keystone

Les Fribourgeois et les Schwytzois voteront le 4 mars sur des initiatives cantonales demandant la transparence du financement de la politique. Ces scrutins auront valeur de tests pour l'initiative similaire lancée au niveau fédéral. 

Ce contenu a été publié le 27 février 2018 - 13:44
Olivier Pauchard avec les agences

Le Groupe d'Etats contre la corruption (GRECO) du Conseil d'Europe demande depuis des années que la Suisse se dote d’une réglementation sur le financement de la vie politique. Mais diverses tentatives ont déjà échoué au niveau fédéral et dans les cantons. 

Les citoyens de Bâle-Campagne et de l'Argovie ont rejeté de telles initiatives en votation en 2013 et en 2014. Seuls le Tessin, Genève et Neuchâtel ont mis en place leurs propres réglementations. 

Plus de donateurs anonymes 

Le texte fribourgeois a récolté plus de 7000 signatures en 2015. Porté par les Jeunes socialistes et les Jeunes Verts, il est aussi soutenu par le Centre gauche-PCS, SolidaritéS et le Parti bourgeois-démocratique. 

Ils estiment que la transparence renforcerait la démocratie et augmenterait la confiance des citoyens envers le monde politique. Les partis et organisations politiques seraient obligés de rendre leurs financements publics lors d'élections et de votations. 

Il est prévu de divulguer les noms des entreprises qui participent à ces financements, quels que soient les montants. Il s'agit aussi de révéler les noms des donateurs individuels pour les paiements de plus de 5000 francs par an. Enfin, les élus des autorités cantonales devraient publier les revenus tirés de leur mandat.

Contenu externe


A Schwyz, l'initiative prévoit notamment l'obligation de publier les budgets de campagne des partis, les dons des entreprises ainsi que les dons de personnes physiques à partir de 5000 francs. 

Initiative nationale 

Les principaux partis de droite des deux cantons s'opposent à l'initiative. Ils jugent que ces règles provoqueraient trop de contraintes administratives. Et elles empiéteraient sur le droit à la sphère privée des donateurs. Cela pourrait en décourager certains qui préfèrent rester anonymes. 

Les votes dans les cantons de Fribourg et de Schwytz auront valeur de test. En effet, une initiative fédéraleLien externe très similaire aux deux initiatives cantonales a été déposée en octobre dernier à la Chancellerie fédérale. Les deux Chambres du Parlement, puis plus tard le peuple, devront donc se prononcer. Le thème de la transparence des partis politiques restera donc d’actualité durant encore plusieurs mois.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.