Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pour l'unité dans la diversité culturelle

Les Suisses sont «passés maîtres dans l'art de vivre ensemble», rappelle Micheline Calmy-Rey.

(Keystone)

Dans son discours du 1er Août à l'intention de la 5e Suisse, la présidente de la Confédération en appelle à «œuvrer ensemble en faveur de ce qui nous unit, tout en prenant soin de nos diversités».

«Les droits et les valeurs ne sont pas garantis pour toujours», rappelle Micheline Calmy-Rey. Il faut donc les défendre et les cultiver, tâches auxquelles peuvent aussi participer les Suisses de l'étranger.

En regardant notre pays 716 ans après le serment du Grütli, «nous pouvons légitimement être fiers de ce que la Suisse est devenue !», dit la présidente de la Confédération dans son discours adressé spécialement aux plus de 600'000 Suissesses et Suisses qui vivent à l'étranger.

«En 2007, poursuit Micheline Calmy-Rey, notre pays est bien plus qu'un dépliant touristique sur papier glacé. Notre Suisse est un État démocratique, une société ouverte sur l'extérieur, un pays solidaire avec le monde.»

Tout n'est pas parfaitement rose pour autant. La présidente (socialiste) rappelle ainsi que tout le monde ne bénéficie pas de la globalisation de la même manière et qu'«au cœur de la Suisse prospère, il y a trop de personnes qui vivent avec difficulté», alors que «le fossé entre bas et hauts revenus s'élargit.»

«Or, constate Micheline Calmy-Rey, la Suisse connaît une période de croissance extraordinaire, qui devrait pouvoir profiter à toutes et à tous. Et nous savons qu'une économie forte et durable ne peut laisser une partie de la population en marge. Ce dont nous avons besoin, c'est d'intégration et d'égalité des chances pour toutes et tous.»

Préserver la diversité

«Nous sommes passés maîtres dans l'art de vivre ensemble [...]. Et celles et ceux qui sont venus d'ailleurs ont contribué et participent encore à l'essor de tout ce qui fait la Suisse», estime la présidente.

Et d'appeler à la préservation et au maintien de ce pluralisme. Car c'est lui qui «fait la Suisse qui gagne».

«S'il n'est pas exagéré d'affirmer que nous avons réalisé, dans une mesure étonnante, ce vieux rêve des philosophes d'une vie commune dans la liberté, la paix et la justice, reste que les droits et les valeurs ne sont pas garantis pour toujours», avertit Micheline Calmy-Rey.

C'est pourquoi l'«esprit du Grütli» doit être défendu et cultivé. Et les compatriotes qui vivent à l'étranger peuvent aussi participer à cet engagement, par exemple en faisant entendre leur voix lors des prochaines élections fédérales.

Une prairie pas comme les autres

«Pour celles et ceux qui croient à ce que la Suisse a de meilleur», le 1er Août n'est pas un jour comme les autres et le Grütli «n'est pas une prairie comme les autres», conclut la présidente de la Confédération.

Elle symbolise en effet «la volonté d'œuvrer ensemble en faveur de ce qui nous unit, tout en prenant soin de nos diversités».

swissinfo

La 5e Suisse

A fin 2006, 645'010 citoyennes et citoyens suisses vivaient à l'étranger, soit 10'794 (1,7%) de plus qu'une année auparavant.

La majorité de ces expatriés (390'182) vit dans l'Union européenne.

La plus importante communauté se trouve en France (171'732). Suivent l'Allemagne (72'384) et l'Italie (47'012).

Fin de l'infobox

La «Fête des Femmes»

Le 1er Août se tiendra sur la prairie du Grütli une fête des femmes et de la famille.

Christine Egerszegi, présidente du Conseil national (chambre basse du parlement) et Micheline Calmy-Rey y prononceront chacune un discours.

Le même soir, la présidente de la Confédération prononcera le discours officiel de la Fête nationale dans le village valaisan d'Unterbäch, surnommé le 'Grütli des femmes' pour avoir été le premier à leur accorder le droit de vote.

Fin de l'infobox


Liens

×