Probant succès de la Suisse en Ukraine

Ricardo Cabanas, l'une des clefs de ce succès helvétique. Keystone

En 8èmes de finale du championnat d'Europe de football des moins de 21 ans, la Suisse est allée battre l'Ukraine, à Kiev: 2 à 1. Un exploit très prometteur.

Ce contenu a été publié le 11 novembre 2001 - 22:52

Mercredi soir à Aarau, la Suisse a la possibilité de se qualifier pour l'ultime phase du championnat d'Europe des «moins de 21 ans», qui se déroulera en mai prochain.

A Kiev, en effet, les protégés de Bernard Challandes ont remporté une victoire précieuse en match aller des huitièmes de finale, sur la marque de 2-1 (mi-temps 1-0) aux dépens de l'Ukraine.

Esprit de corps helvétique

Ce succès récompense le bel esprit de corps d'une formation qui n'a toujours pas connu la défaite. La solidarité, la combativité, toutes ces vertus n'auraient pas suffi cependant.

Il a fallu, comme à Ramenskoye contre la Russie, tout le punch d'un Alex Frei et l'abattage d'un Ricardo Cabanas. Le Servettien signa un but de grande classe à la 39e minute sur un service de Gygax. Cette réussite survint au terme d'une période difficile pour les Helvètes.

Après un départ timide, les Ukrainiens avaient en effet pris la direction des opérations. Ils auraient pu ouvrir la marque à la 19e minute sur un raté de Keller, heureusement compensé par un sauvetage de Grichting.

Vigilants, bien en place, les défenseurs suisses n'étaient réellement mis hors de position qu'en une seule occasion, soit à la 73e minute sur le but de Voronine qui avait plongé dans le dos de Meyer.

Une minute plus tôt, sur un centre de Zanni, le gardien se trouvait miraculeusement sur la trajectoire du coup de tête de Gygax décoché à bout portant.

Des Suisses héroïques

La fin de partie des Suisses était héroïque. Contraint de reculer sous la pression adverse, ils se battaient avec la plus grande énergie. Quatre minutes après son entrée en jeu, Muff inscrivait le deuxième but au plus fort d'une mêlée après un coup de tête de Keller que le gardien ukrainien avait détourné in extremis sur un coup franc.

A Kiev, Challandes n'a eu qu'à se féliciter de l'engagement de ses joueurs.
Derrière Frei et Cabanas, les deux leaders, le coach put également compter sur le sang froid de Beney, la rigueur de Grichting au marquage, le travail de fourmis de Friedli dans l'entrejeu et l'impétuosité de Gygax à la pointe de l'attaque.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article