Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Proche-Orient: rapport sur la neutralité de la Suisse

Le village de Cana en ruine après le bombardement israélien de dimanche matin.

(Keystone)

Le gouvernement suisse a demandé au ministère des Affaires étrangères (DFAE) de produire un rapport sur la neutralité de l'action helvétique dans le conflit au Proche-Orient.

Le document devra également analyser les problèmes liés à la question du droit international humanitaire dans les conflits asymétriques.

C'est lors de sa séance extraordinaire de mercredi dernier consacrée à la situation actuelle au Proche-Orient que le Conseil fédéral a souhaité la rédaction d'un tel rapport.

Porte-parole du Département des affaires étrangères, Jean-Philippe Jeannerat a confirmé dimanche une information parue dans la 'SonntagsZeitung'.

Le DFAE n'a pas encore débuté ses travaux. Le volet sur la neutralité suisse au Proche-Orient sera 'plus large' que les événements actuels au Liban et en Israël, a encore précisé Jean-Philippe Jeannerat. La direction du droit international public (DDIP) 'jouera un rôle' central dans le rapport.

Sur la question du droit international humanitaire, l'analyse pourrait également être élargie à d'autres conflits entre un ou plusieurs Etats et un ou plusieurs acteurs non-étatiques. «Si nous avons affaire actuellement à un conflit asymétrique, il y en a d'autres», a encore déclaré Jean-Philippe Jeannerat.

Mercredi dernier, le Conseil fédéral n'avait pas tranché la question de savoir si le conflit en cours est ou non une guerre entre Etats, ce qui poserait au vu de la neutralité empêcherait un soutien militaire à une partie combattante.

Dimanche, la Suisse a demandé un cessez-le-feu immédiat pour protéger les populations civiles. Elle a aussi salué la réunion urgente de dimanche du Conseil de sécurité de l'ONU.

Un conflit entre deux Etats pour le CICR

Dans une lettre ouverte publiée dans la 'NZZ am Sonntag', le président du Comité international de la Croix Rouge (CICR) Jakob Kellenberger souligne pour sa part que du point de vue du droit international humanitaire, le conflit entre Israël et le Liban est un conflit armé entre deux Etats.

Il justifie ses propos par les actions de l'armée israélienne au Liban menées sans le consentement du gouvernement libanais et par les blocus aériens et maritimes.

Il est vrai que les combats ont lieu entre Israël et le Hezbollah, reconnaît Jakob Kellenberger. Mais même dans ce cas, les règles du droit international humanitaire s'appliquent.

La population civile

Selon son président, le CICR a rappelé avec fermeté aux parties en conflit les règles les plus importantes du droit international humanitaire, en particulier l'obligation de ne pas attaquer les populations civiles. Il a aussi exigé dès le début le respect de la proportionnalité dans l'utilisation de la violence militaire.

Le Liban constitue, après le Soudan (Darfour), le deuxième lieu d'intervention d'importance du Comité International de la Croix- Rouge (CICR) cette année. L'organisation humanitaire s'attend à y dépenser environ 100 millions de francs, dont 5 seront donnés par la Suisse.

L'objectif de l'organisation pour les prochains mois au Liban est d'approvisionner en nourriture et biens courants 200'000 personnes, d'assurer l'accès à l'eau potable pour 1,2 million de gens et de soutenir les équipements médicaux pour 650'000.

swissinfo et les agences

Faits

Jusqu'ici, le gouvernement suisse a débloqué six millions et demi de francs pour l'aide d'urgence du CICR, basé à Genève.
Le ministère des Affaires étrangères a aidé 875 personnes à quitter le Liban, soit 795 Suisses et 80 étrangers résidant en Suisse.
Ce programme de rapatriements a coûté deux millions et demi de francs.

Fin de l'infobox

En bref

- Pour rappel, Israël a lancé son opération contre le Sud Liban à la suite de l'enlèvement de deux soldats israéliens par le Hezbollah et en réaction aux tirs de roquettes par la milice chiite contre le territoire de l'Etat hébreu.

- Dimanche matin, un nouveau raid de l'aviation israélienne (Tsahal) a fait plus de 50 victimes dont plus de 30 enfants à Cana.

- Peu après, une trentaine de roquettes tirées à partir du Liban se sont abattues sur la ville portuaire de Haïfa et les localités de Nahariya, Kiryat Chmona et Saint-Jean d'Acre. Ces attaques ont fait au moins un blessé, selon la police israélienne.

- Dimanche, la Suisse a demandé un cessez-le-feu immédiat pour protéger les populations civiles. Elle a aussi salué la réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU de dimanche.

Fin de l'infobox


Liens

×