Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Ralph Krueger cherche encore la panacée

A moitié satisfait seulement de son équipe, le sélectionneur national croit en la marge de progression des siens.

Principal point positif: la Suisse reste maîtresse de son destin pour atteindre les quarts de finale.

«Nous allons devoir rectifier le tir sur certains points, mais nous avons toujours su que nous devrions nous battre jusqu’au bout pour atteindre les quarts de finale.»

Réaliste, le discours de Ralph Krueger laisse encore espérer des lendemains meilleurs. Le sélectionneur national est bien placé, depuis sept ans, pour savoir que son équipe est capable du meilleur comme du pire. «Nous subissons notamment trop de pénalités, souligne-t-il. Face à des adversaires de la trempe du Canada, cela ne pardonne pas.»

La Suisse avait débuté ses Mondiaux dimanche dernier bardée d’un indéniable capital-confiance. Les matches de préparation, la victoire convaincante en Slovaquie et l’état d’esprit positif laissaient entrevoir de réelles possibilités.

Aujourd’hui, Ralph Krueger se retrouve un peu plus sous pression. Certains de ses choix tactiques se sont révélés douteux dans son alignement. N’a-t-il pas brassé en permanence ses lignes?

«Je crois en mon équipe, se défend-il. Contre l’Autriche, elle s’est battue avec l’énergie du désespoir et contre le Canada, elle a livré un premier tiers digne des manuels d’école.»

Soit. Mais la Suisse s’est révélée incapable de tenir la distance trois tiers durant, que ce soit contre le Canada, l’Autriche et même la France. «C’est vrai, reconnaît Ralph Krueger. Il faudra y remédier dès ce week-end.»

Et de conclure avec sa positivité légendaire. «Nous détenons encore notre destin entre nos mains, cela compte pour le moral.»

swissinfo: Jonathan Hirsch

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.