Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Rencontres au sommet à Davos

Dick Cheney, (à gauche) et Joseph Deiss se sont entretenus une demi-heure.

(Keystone)

Le président de la Confédération s’est entretenu avec le vice-président américain Dick Cheney samedi au Forum économique mondial (WEF).

Joseph Deiss a aussi indiqué que la Turquie a renouvelé son invitation à Micheline Calmy-Rey, ministre des Affaires étrangères, à se rendre à Ankara.

Les entreprises suisses devraient pouvoir participer à la reconstruction de l'Irak. Le vice-président américain Dick Cheney s'est montré ouvert sur la question samedi à Davos lors de sa rencontre avec Joseph Deiss, président de la Confédération.

Au cours de la discussion, qui a duré une demi-heure selon M. Deiss, le numéro deux des Etats-Unis a admis que les entreprises suisses, qui prouvent leur capacité en particulier dans le domaine de l'ingénierie, ne seront pas exclues du processus de reconstruction de l'Irak.

L'Amérique semble estimer qu'il y a de la place pour tout soutien et reconnaît la nécessité de travailler avec des partenaires mondiaux, selon Joseph Deiss.

Les deux hommes ont aussi abordé la lutte contre le terrorisme. Dick Cheney a notamment salué les efforts de la Suisse dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et de la recherche des comptes bancaires irakiens.

Guantanamo

Le président de la Confédération a toutefois profité de l'entretien pour donner le point de vue du Conseil fédéral sur les prisonniers de Guantanamo.

Il a affirmé son soutien aux démarches du président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Jakob Kellenberger en ce sens. Ce dernier déplore les conditions d'internement des 660 détenus de cette base américaine située sur l'île de Cuba.

Réchauffement turco-suisse

D’autre part les relations entre la Suisse et la Turquie semblent se réchauffer, même si tous les problèmes ne sont pas résolus, a indiqué le président de la Confédération.

Lors de sa rencontre avec Joseph Deiss ainsi que Micheline Calmy-Rey, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a renouvelé l'invitation faite à la cheffe de la diplomatie suisse à se rendre en Turquie.

Une visite qui devrait avoir lieu «bientôt», même si aucune date n'a été fixée. Mme Calmy-Rey en fixera la date en accord avec son homologue turc, a précisé M. Deiss.

Encore le génocide arménien

Déjà formulée l'année dernière, l'invitation avait été reportée après plusieurs affaires à rebondissements qui avaient provoqué des tensions entre les deux pays.

En décembre dernier, les relations entre Berne et Ankara s'étaient particulièrement détériorées après la reconnaissance du génocide arménien de 1915 par la Chambre du peuple.

«J'ai expliqué la décision du Conseil National à M. Erdogan et lui ai rappelé la position du gouvernement». Il faut laisser les historiens faire leur travail, selon M. Deiss.

De son côté, la Turquie a été blessée par la décision des parlementaires suisses, a indiqué M. Erdogan aux deux conseillers fédéraux. Ankara souhaite cependant maintenir de bonnes relations avec la Suisse, raison pour laquelle Mme Calmy-Rey pourra se rendre bientôt en Turquie.

Des précédents

Prévu initialement en octobre dernier, ce séjour avait déjà été reporté une première fois en septembre par Ankara à la suite du vote des députés vaudois cette fois, toujours sur le génocide arménien.

L'intention de la cheffe de la diplomatie suisse de se rendre dans la partie kurde du pays pour y visiter un projet de coopération suisse aurait aussi froissé la Turquie.

Mais la diplomatie conserve ses droits et le porte-parole de M. Deiss a indiqué qu’«un voyage de Mme Calmy Rey cette année en Turquie serait favorable aux relations bilatérales».

swissinfo et les agences

En bref

- Quelque 1200 opposants au forum économique, dont 200 casseurs, ont manifesté samedi après-midi dans les rues de Coire.

- Des heurts ont éclaté dans la capitale grisonne et des vitrines ont été brisées. La police estime les dégâts à quelques dizaines de milliers de francs à l'issue de la manifestation autorisée.

- A la gare de Landquart, la circulation des trains a été interrompue pendant l'après-midi par les manifestants qui bloquaient les voies.

- A Davos même, une trentaine de personnes ont été contrôlées par la police puis mises dans le train.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×