Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Roche autorise un générique du Tamiflu

Roche ouvre une brèche dans son monopole sur le Tamiflu.

(Keystone)

Le géant pharmaceutique suisse accorde aux Chinois la première sous-licence pour la production d'un générique de son antigrippal.

Lundi, Roche confirme également être en discussion avec douze partenaires potentiels pour fabriquer du Tamiflu ou certains de ses composants.

Roche a accordé une sous-licence pour la production de l'oseltamivir, le principe actif du Tamiflu au Shanghai Pharmaceutical Group. Le groupe bâlois affirme également qu'il est en négociations avec plusieurs autres partenaires possibles, notamment en Inde.

«Il s'agit d'une sous-licence pour produire et distribuer une version générique du Tamiflu, ou plutôt de l'oseltamivir, explique à swissinfo Daniel Piller, porte-parole de Roche. Nous avons acheté la licence à Gilead, qui a inventé ce produit, et nous accordons des sous-licences».

Ainsi, le groupe chinois sera autorisé à produire le médicament, mais ne pourra le vendre qu'en Chine.

Copies bon marché

Le Tamiflu est actuellement considéré comme le traitement potentiellement le plus efficace en cas de transmission de la grippe aviaire à l'homme. Depuis qu'elle s'est abattue sur l'Asie, la maladie a tué 70 personnes.

En tant que producteur exclusif du médicament, Roche a subi de nombreuses pressions pour lui faire abandonner son monopole sur le produit.

En Indonésie, en Thaïlande et aux Philippines, le Tamiflu n'est cependant pas protégé par une licence. Les industries sont donc libres d'en fabriquer leur propre version. Et Daniel Piller ne cache pas que le risque existe de voir circuler des copies de qualité médiocre.

Concernant le Chine, le porte-parole admet qu'il peut toujours y avoir un risque, mais rappelle que depuis quelques années, le gouvernement se montre de plus en plus strict au chapitre des fabrications sous licence.

Partenaires potentiels

Outre les Chinois, Roche a établi une liste de 12 partenaires potentiels sur près de 200 entreprises ayant manifesté un intérêt à fabriquer du Tamiflu ou à participer d'une manière ou d'une autre à la production de ce médicament.

Daniel Piller refuse toutefois de nommer ces 12 entreprises. Il ne dira pas davantage combien seront finalement choisies. Mais il confirme quand même que les Laboratoires Mylan de Pittsburgh (Etats-Unis) et le fabricants israélien Teva Pharmaceutical Industries font partie des candidats retenus.

«Il est trop tôt pour avancer d'autres noms, car ce sont des partenaires potentiels et ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'approfondir les discussions», explique le porte-parole de Roche.

«Quoi qu'il en soit, ils ne fabriqueraient pas forcément le Tamiflu de A à Z, mais ils pourraient se contenter d'une étape de la production, et ainsi intégrer notre réseau», ajoute Daniel Piller.

swissinfo

Faits

Le Tamiflu a été inventé par l'entreprise californienne Gilead. Roche en a acquis la licence en 1996.
Administré par voie orale, ce médicament s'est révélé efficace contre l'influenza A et B et contre le virus H5N1 de la grippe aviaire, qui a tué 70 personnes en Asie depuis 2003.
En prévision d'une éventuelle pandémie, les Etats constituent des stocks de Tamiflu. Roche a reçu des commandes de près de 50 pays.
En Suisse, il est prévu de constituer des réserves pour traiter un quart de la population.

Fin de l'infobox

En bref

- Aucun vaccin contre la grippe aviaire n'est actuellement prêt à être commercialisé, mais plusieurs produits sont en phase de développement dans différents pays.

- La Suisse a déjà passé commande à l'entreprise française Sanofi Pasteur, dont le futur vaccin est en phase de tests.

- Les autorités sanitaires disent vouloir en acheter 100'000 doses, qui devraient être disponibles l'année prochaine.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.