Sauber Petronas marque le pas

Nick Heidfeld au volant de la sauber C21 au GP des USA 2002. Keystone Archive

La saison 2002 n'aura pas été celle de la confirmation pour l'écurie de Peter Sauber.

Ce contenu a été publié le 16 octobre 2002 - 09:00

Ferrari, Williams et McLaren étaient tout simplement intouchables. Tandis que Renault se plaçait entre le trio de tête et le peloton.

Sauber Petronas n'en avait pas fait un secret d'Etat. Cette saison, il ambitionnait de faire aussi bien, si ce n'est mieux, qu'en 2001 (4e du classement des constructeurs).

Dix-sept Grand Prix plus tard, la déception est de mise. L'écurie suisse boucle son championnat au cinquième rang, à dix points de Renault.

«Nous ne nous sommes pas battus avec les mêmes moyens», explique Jacky Eeckelaert, chef de course chez Sauber. «Les quatre écuries de tête disposent de voitures 100% usine. Avec l'avènement de Renault, il est devenu difficile de terminer la course dans les points.»

Jacky Eeckelaert avoue tout de même: «Malgré la concurrence évidente, nous pensions obtenir plus de points» Avec onze unités au compteur, dont seulement quatre lors des douze derniers Grand Prix, la moisson est bien maigre.

La Sauber C 21: fiable, sans plus

A qui donc la faute, la voiture? Peut-être. La Sauber C 21 n'a jamais été véritablement performante. Et ce, malgré une fiabilité certaine.

Nick Heidfeld et Felipe Massa n'ont en effet abandonné qu'à quatre reprises suite à des ennuis techniques (freins, mécaniques, moteur, crevaison).

Le moteur Petronas, qui n'était autre que le bloc V10 de Ferrari en 2001, et les pneumatiques Bridgestone sont donc hors de cause.

L'explication est vraisemblablement à rechercher du côté du potentiel aérodynamique (voir encadré).

Felipe le fougueux

Les pilotes portent aussi une certaine responsabilité. L'Allemand Nick Heidfeld n'a pas connu le même rayonnement qu'en 2001.

Il a pourtant passé sous le drapeau à damier à quatorze reprises! Mais rarement dans les six de tête.

Le Brésilien Felipe Massa (21 ans), appelé à succéder au Finlandais Kimi Raikkonen et annoncé comme un futur grand, s'est lui trop souvent laissé emporter par sa fougue.

Jacky Eeckelaert en convient: «Felipe a commis des péchés de jeunesse, un peu plus que Raikkonen il est vrai. Mais dans l'ensemble, il a fait une bonne première saison.»

Le petit Brésilien ne sera toutefois plus pilote officiel chez Sauber en 2003. Telle est la dure loi de la F1 (voir encadré).

swissinfo/Raphael Donzel

Faits

Sauber Petronas termine au 5e rang du classement des constructeurs
L'écurie réalise son meilleur Grand Prix de la saison à Barcelone (Heidfeld 4e et Massa 5e)
Nick Heidfeld se classe 10e, Felipe Massa 13e au championnat des pilotes
Heinz-Harald Frentzen rejoint Nick Heidfeld en lieu et place du Brésilien Felipe Massa en 2003
Le moteur Petronas de la Sauber C 22 sera le bloc V10 de Ferrari en 2002
Les pneumatiques Bridgestone équiperont la future Sauber C 22

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article