Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sergei Aschwanden de retour à Rotterdam

Sergei Aschwanden a digéré la défaite lors de son combat des Jeux d'Athènes.

(swissinfo.ch)

Sergei Aschwanden a décidé de renouer plus vite que prévu avec la compétition et disputera les Championnats d’Europe de Rotterdam du 20 au 22 mai.

Le judoka lausannois a digéré son échec mortifiant des Jeux olympiques d’Athènes et veut utiliser cette échéance comme un test avant les Mondiaux du Caire.

Depuis son élimination précoce du tournoi olympique grec de l’an dernier, Sergei Aschwanden n’était plus apparu sur un tatami en compétition. S’étant octroyé quelques mois de break, il n’a repris l’entraînement qu’au début du mois de janvier de cette année.

Le judoka vaudois – opéré à la main et au coude dans l’intervalle - pensait effectivement calquer sa préparation en fonction des Championnats du monde du Caire qui se dérouleront au début du mois de septembre. Finalement, il sera présent à Rotterdam... trois mois plus tôt.

Deux fois champion d’Europe (2000 et 2003) et médaillé de bronze (2001) et d’argent (2003) à des Mondiaux, Sergei Aschwanden se rend en Hollande sans pression puisqu’il se battra dans une catégorie de poids supérieure (moins de 90 kilos) à celle où il se trouve habituellement (-81 kilos). Interview.

swissinfo: Sergei Aschwanden, pourquoi avez-vous décidé de prendre part aux Européens de Rotterdam alors que vous ne pensiez revenir à la compétition qu’au mois de septembre au Caire?

Sergei Aschwanden: C’est simple et compliqué à la fois. J’étais au Japon et en Corée durant un mois avec mon camarade de Macolin Dominique Hischier qui devait participer à ces Européens de Rotterdam.

Malheureusement il s’est blessé durant notre séjour. Il faut dire que nous étions dans deux Universités et que nous avons effectué en moyenne 15 combats quotidiens d’entraînement contre des judokas asiatiques.

Comme je sors de cette longue préparation, je me suis dit que de m’aligner à Rotterdam me permettrait de renouer avec la compétition de haut niveau sans pression. C’est une occasion en or pour effectuer de bons matches test.

swissinfo: Vous évoluerez dans une catégorie de poids supérieure à celle qui est la votre habituellement. Cela a-t-il un sens?

S.A.: L’objectif principal est de voir où j’en suis et de mettre en pratique, en compétition, les techniques que j’ai développées ces derniers mois.

L’avantage de combattre dans une catégorie supérieure à celle qui est la mienne normalement - mais dans laquelle j’ai déjà tiré – est d’avoir affaire à des adversaires plus grands et plus puissants qui pourront profiter de chacune de mes erreurs. Je devrai donc faire le moins de faute possible. Il me semble que c’est un bon moyen de me préparer pour les Mondiaux du Caire.

swissinfo: Vous étiez champion d’Europe en 2003 et l’an dernier vous aviez décidé de ne pas défendre votre titre pour vous consacrer entièrement à la préparation des JO d’Athènes. Des regrets?

S.A.: Un Championnat d’Europe reste une compétition d’envergure et personne ne crache sur une médaille dans un tel rendez-vous. L’an dernier cette échéance ne figurait pas dans mes objectifs et je n’étais pas prêt pour y prendre part. Cela aurait donc été risqué d’y participer et d’y contracter une blessure.

swissinfo: Avez-vous, plus de six mois après votre élimination précoce, digérez votre échec olympique?

S.A.: Il m’a fallu énormément de temps pour digérer cela et ça n’a pas été facile. J’étais parti avec beaucoup d’ambition et je n’ai pas réussi dans mon entreprise. C’est le sport. Après Athènes j’ai fait un break de six mois comme cela était prévu de toute façon. J’ai pu prendre du recul par rapport au sport de pointe et à ma carrière.

Je vous rassure, il n’a jamais été question de mettre un terme à cette dernière et j’ai repris - comme prévu - l’entraînement en janvier après avoir également été opéré de la main et du coude. Mon objectif principal cette année reste de bien figurer aux Mondiaux égyptiens qui se profilent à l’horizon.

swissinfo: Pour terminer pouvez-vous nous dire un mot des autres athlètes de la sélection suisse pour ces Mondiaux; soit David Papaux et Micha Egger. Ont-il de réelles chances de décrocher une médaille?

S.A.: Je ne pense pas qu’il faille attendre d’eux qu’ils deviennent champion d’Europe cette année puisqu’ils ne participent à ce genre d’événement que pour la première ou la seconde fois. Reste que tous deux sont de bons judokas qui ont déjà fait leurs preuves. Ils auront un rôle d’outsiders et qui sait... J’ai appris depuis mes expériences olympiques que tout est possible.

swissinfo, propose recueillis par Mathias Froidevaux

Faits

Les principaux résultats de Sergei Aschwanden:

Huit fois champions de Suisse entre 1993 et 2003 (deux fois chez les juniors)
Champion d’Europe en 2000 et 2003
Troisième des Mondiaux de 2001
Vice-Champion du monde en 2003

Fin de l'infobox

En bref

- Champion d’Europe en 2003 chez les moins de 81 kilos, Sergei Aschwanden avait renoncé à défendre son titre en 2004 pour mieux se concentrer sur les Jeux olympiques d’Athènes.

- Malheureusement pour le judoka vaudois, ce choix n’a pas porté ses fruits puisqu’il a connu en Grèce la même désillusion que quatre ans auparavant en Australie en étant éliminé dès le premier tour de la compétition olympique.

- Du 20 au 22 mai aux Européens de Rotterdam, Sergei Aschwanden – qui reprend la compétition – évoluera dans la catégorie des moins de 90 kilos en remplacement de Dominique Hischier blessé à un genou.

- David Papaux (73 kg), Micha Egger (81 kg) et Christoph Keller (remplaçant chez les moins de 81 kilos) complètent la délégation suisse présente à Rotterdam.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.