Navigation

Appel au retour de Netanyahu: réactions en Suisse

A chacune des récentes attaques visant des juifs en Europe, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a lancé un appel aux communautés israélites les incitant à faire leur alya, soit venir s’installer en Israël. Un appel diversement apprécié en Europe.

Ce contenu a été publié le 23 février 2015 - 17:00
Frédéric Burnand, Genève
Les appels au retour du Premier ministre israélien a suscité la controverse en Europe. AFP

Voici quelques réactions en Suisse: 

Sabine Simkhovitch-Dreyfus, vice-présidente de la Fédération suisse des communautés israélites.

«En premier lieu, les juifs sont chez eux en Suisse. Nous souhaitons pouvoir vivre ici en sécurité. En aucun cas, nous voulons être obligés de partir.

Nous n’attendons pas de réaction des autorités suisses aux déclarations de Netanyahu, par contre nous aurions apprécié des autorités suisses qu’elles rassurent les juifs de Suisse lorsqu’il y a des actes antisémites graves.

Martine Brunchwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme.

«Je ne pense pas que cette déclaration soit de nature ni à calmer le débat, ni à améliorer la situation.»

Pierre Hazan, journaliste, écrivain, professeur.

«Sa déclaration est purement idéologique, bien loin des réalités. L’été dernier, une partie de la population israélienne a vécu dans les abris lors de l’affrontement avec le Hamas à Gaza. Le conflit israélo-palestinien fait toujours couler le sang. Il n’y a aucun processus de paix en ce moment. Que les personnes qui veulent émigrer pour des raisons religieuses le fassent. Mais ce n’est pas une réponse à l’antisémitisme en Europe.»

Anne Weill Levy, membre de la communauté israélite de Lausanne. 

« Décodons. Israël est aujourd’hui le seul Etat où les juifs peuvent se sentir chez eux sur le plan de leur judaïcité, même s’ils ne sont pas forcément intégrés sur le plan social et politique. Il y a le sionisme, Israël et son gouvernement, trois choses différentes. Par exemple, je suis sioniste, mais en parfait désaccord avec la politique de l’actuel gouvernement israélien.

De fait, il y a une grande émigration européenne, particulièrement française, mais aussi suisse, Je le constate avec la génération de mes enfants qui ont la vingtaine. Un nombre très important sont partis en Israël pour des raisons religieuses. Quand vous mangez cacher en Suisse, ce n’est pas très simple de trouver les produits et c’est cher. »

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.