Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

De la musique pour la planète malade en Suisse également

Les rockers bernois Göla et Steve Lee (à droite) de Gotthard ont participé au 'Live Earth' helvétique.

A l'occasion de 'Live Earth', diverses manifestations ont eu lieu en Suisse aussi. A Zurich en particulier, où les 'stars du rock suisses' sont montées sur scène.

Soutenu par l'ancien vice-président américain Al Gore, ce méga concert global avait pour but de sensibiliser le monde à la problématique du climat. Il a débuté samedi à Sydney et s'est terminé dimanche à Rio de Janeiro.

La Suisse a joué sa partition dans le grand concert mondial en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Elle s'est ainsi jointe à 130 autres pays dans lesquels ont eu lieu, en 24 heures, plus de 10'000 événements pour rappeler à l'opinion publique l'importance des enjeux environnementaux.

C'est à Zurich qu'a eu lieu le concert le plus important du 'Live Earth 7/7/07' helvétique. Les rockers bernois de Göla, Steve Lee du groupe Gotthard, Marc Storace de Krokus ou encore Lunik se sont en effet produits au Hallenstadion, où près de 2500 personnes étaient présentes malgré la concurrence des Fêtes de Zurich.

«Il est vraiment très important que la Suisse prenne position et fasse quelque chose pour l'environnement. Notre pays est connu pour la beauté de ses paysages, mais les effets du réchauffement sont là. Les glaciers fondent! Et puis, la Suisse compte beaucoup de bons musiciens et de bons groupes», a déclaré à swissinfo Zeno van Essel, l'un des organisateurs du concert 'Live Earth' zurichois.

L'initiative 'Live Earth', dont l'ancien vice-président américain Al Gore s'est fait le porte-voix, s'est par ailleurs décentralisée dans d'autres villes suisses dont Genève, ou même chez les particuliers. Selon le principe de la mobilisation citoyenne, certains ont en effet organisé des 'parties' à leur domicile.

L'hologramme d'Al Gore

A une autre échelle, c'est à Sydney qu'a été donné le coup d'envoi de la série de concerts 'Live Earth'. Des chefs tribaux ont chanté et dansé au son d'un didgeridoo pour un accueil traditionnel à la foule qui a rapidement compté plusieurs milliers de personnes.

Aussitôt après, Al Gore a fait une apparition via une liaison vidéo depuis Washington pour exhorter les fans à participer à la lutte contre le réchauffement. Il a notamment invité les spectateurs à souscrire à l'engagement en sept points de 'Live Earth' pour réduire leur impact personnel sur l'environnement et soutenir les politiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

A Tokyo au Japon, où avait lieu un autre concert 'Live Earth', l'ex-vice-président américain est également apparu sous la forme d'un hologramme lors d'un show high-tech. «Avec 'Live Earth', nous espérons relier les gens par le biais du pouvoir de la musique», a-t-il déclaré.

A Londres, plus de 60'000 spectateurs étaient présents à Wembley pour assister aux prestations de Chad Smith du groupe Red Hot Chili Peppers, de Roger Taylor de Quenn, de Duran Duran, ou encore de la star planétaire Madonna, qui a clôturé l'événement londonien vers minuit.

Même en Antarctique

D'autres shows 'Live Earth' ont également eu lieu à Shanghai, Johannesburg, Hambourg, Rio de Janeiro ou encore aux Etats-Unis, à East Rutherford et à Washington. Des stars telles que Police, les Red Hot Chili Peppers, Alicia Keys, Kanye West et Yusuf (ex-Cat Stevens) y ont pris part.

Fondateur de 'Live Earth', Kevin Wall a lancé cette méga manifestation après avoir vu le documentaire d'Al Gore 'Une vérité qui dérange'. Récompensé aux Oscars, celui-ci a pour thème principal la campagne en faveur de l'environnement qu'Al Gore mène depuis son échec aux présidentielles de 2000.

Les recettes issues de cette série de concerts seront reversées à l''Alliance for Climate Protection', une organisation à but non lucratif présidée par l'ancien vice-président américain.

Afin d'étendre cette manifestation aux sept continents, un groupe de scientifiques s'est aussi produit en Antarctique. Au total, ce sont plus de 150 artistes qui ont offert 24 heures de musique à une audience globale estimée à environ deux milliards de personnes.

swissinfo et les agences

Voix critiques

'Live Earth' ne jouit pas du soutien de tous. Bob Geldof, qui est à l'origine d'opérations médiatiques similaires ('Live Aid' en 1985 et 'Live 8' en 2005) estime pour sa part que la population mondiale est déjà suffisamment au courant des dangers liés au changement climatique et que l'objectif de la manifestation n'est pas assez précis.

D'autres ont pour leur part souligné que les stars mondiales du rock et de la pop, habituées aux limousines et aux jets privés, ne sont pas des ambassadeurs crédibles.

Le journal britannique 'The Guardian' a par exemple calculé que Madonna a produit environ 440 tonnes de dioxyde de carbone en quatre mois lors de sa tournée de l'an dernier.

Fin de l'infobox

Züri-Fäscht et Lake Parade

Les amateurs de fête et de musique avaient le choix ce week-end en Suisse. Outre les manifestations organisées dans le cadre du 'Live Earth' helvétique, d'autres grandes événements étaient au programme.

A Zurich, près de 700'000 personnes ont ainsi participé à la traditionnelle 'Züri-Fäscht' dans la nuit de samedi à dimanche. La fête se poursuit jusqu'à lundi matin. Au total, les organisateurs attendent environ 2 millions de participants.

A Genève, c'est la 11ème édition de la Lake Parade qui s'est déroulée samedi sur tout le pourtour de la Rade. Plus de 350'000 personnes ont défilé sur des rythmes techno.

Fin de l'infobox


Liens

×