Drame de la Jungfrau: le procès s'est ouvert

Deux guides militaires doivent répondre d'homicide par négligence suite à l'accident qui avait coûté la vie à six militaires le 12 juillet 2007. Le procès s'est ouvert lundi après-midi à Coire devant le Tribunal militaire 7.

Ce contenu a été publié le 16 novembre 2009 - 14:31

Les deux guides militaires sont également accusés de violation par négligence des prescriptions de service. Selon l'Auditeur de l'armée, qui endosse le rôle de procureur, le drame était «évitable». Dans son acte d'accusation, il explique que les deux guides avaient connaissance qu'un groupe de recrues avaient provoqué, à distance, la rupture d'une plaque à vent le jour précédent sur le versant sud du Mönch.

En outre, il était tombé de 55 à 75 centimètres de neige durant les quatre jours précédant le drame. Malgré cela, les deux guides avaient évalué que le risque d'avalanche n'était pas «marqué» et ne posait pas de problème.

La mort des six militaires âgés de 20 à 23 ans avait suscité une grande émotion dans tout le pays. Ils avaient été emportés par une avalanche qu'ils avaient vraisemblablement eux-mêmes provoquée au-dessus du Rottalsattel. La pente, atteignant jusqu'à 45 degrés, conduit au sommet de la Jungfrau à 4158 mètres.

Le procès est prévu sur une semaine et doit se terminer vendredi prochain. Dans le code pénal militaire, l'homicide par négligence est puni d'une peine privative de liberté jusqu'à trois ans ou d'une peine pécuniaire.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article