Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse remporte la palme de la téléphonie la plus chère

Le téléphone portable, utile mais cher... du moins en Suisse.

(Keystone)

Les tarifs de la téléphonie mobile en Suisse restent très élevés en comparaison européenne malgré l'élévation du nombre d'opérateurs sur le marché.

Concernant la téléphonie fixe, la Suisse est en revanche nettement plus concurrentielle.

Telles sont les conclusions auxquelles parvient une étude de l'Office fédéral de la communication (OFCOM) présentée mercredi. Celle-ci dresse un tableau du marché suisse des télécommunications et le compare avec ceux des pays de l'UE. Le nombre des opérateurs – pas moins de cinq – sur le marché suisse est, en comparaison internationale, très élevé.

S'ajoutent cinq autres opérateurs sans réseau propre, ce qui met cette fois la Suisse très loin derrière des pays comme l'Angleterre ou les Pays-Bas qui en ont 60 à 70.

La part de marché détenue par l'ancien opérateur du monopole, Swisscom, est, avec près de 63%, très élevée en comparaison de la moyenne européenne de 39%.

Selon l'OFCOM, un grand nombre d'opérateurs n'est toutefois pas indispensable: c'est alors à des marées d'offres et d'informations que les consommateurs sont exposés.

Prix au plafond

Les tarifs des téléphones cellulaires restent, en Suisse, nettement plus élevés que la moyenne européenne, que l'on considère les petits, moyens ou gros utilisateurs.

Les prix s'étagent, pour les utilisateurs moyens entre environ 7 euros au Danemark et plus de 45 euros en Suisse, soit un rapport de 1 à 6 environ. Les pays nordiques, avec 15 euros environ par mois, sont clairement les moins chers.

Les tarifs de «terminaison» que les opérateurs se facturent mutuellement pour des connexions d'un réseau à l'autre sont largement en-dessus de la moyenne européenne, a indiqué René Dönni, chef de la section Economie et statistique de l'Office fédéral de la communication (OFCOM).

Avec 15,05 centimes d'euro par minute le tarif suisse était l'an dernier de 32% plus élevé que la moyenne européenne. Elle était de 52% en 2004.

Selon l'OFCOM, la concurrence n'a pas joué à plein. Autre enseignement, le taux de pénétration des téléphones portables en Suisse est inférieur à la moyenne européenne.

Téléphonie fixe

Au niveau de la téléphonie fixe par contre, les tarifs pratiqués en Suisse sont bien meilleurs. Le tarif de 19,1 ct. d'euro pour 3 minutes est nettement supérieur à la moyenne européenne de 13,1 ct. d'euro pour les appels locaux mais inférieur à la moyenne européenne (25 ct. d'euro) pour le trafic national.

Le rôle de la concurrence, qui est «intensive en Suisse» est à souligner. Les communications longue distance sont particulièrement avantageuses.

«Cela tient au fait que, contrairement aux autres pays, les opérateurs pratiquent en Suisse un tarif unique, quel que soit l'endroit que l'on désire appeler», estime René Dönni chef de la section Economie et statistique de l'Office fédéral de la communication

Toujours dans ce domaine, le premier semestre 2007 a été marqué par la fin du monopole de Swisscom sur le dernier kilomètre, a rappelé Annalise Eggimann, juriste à l'OFCOM.

Des opérateurs autres que les fournisseurs de réseau TV peuvent donc également et dès maintenant proposer à leurs clients l'accès direct à la téléphonie fixe. Ils doivent cependant pour cela louer à Swisscom l'utilisation du fil de cuivre qui relie chaque ménage à un central téléphonique.

Seize accords ont déjà été conclus entre Swisscom et des entreprises concurrentes. Ils portent sur la location par ces dernières du fameux «fil de cuivre» qui relie chaque ménage au réseau fixe.

Accès à internet

L'accès à internet à haute vitesse est largement répandu en Suisse puisque la couverture est de 26%, comme en Finlande; le Danemark et les Pays-Bas font un peu mieux avec près de 30 %.

Sur les quelque 2,1 millions de lignes à haute vitesse, 1,4 millions sont des lignes téléphoniques ADSL et quelque 700'000 des liaisons par câble TV.

swissinfo et les agences

Faits

La Suisse se classe dans les dernières places des pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) concernant le taux de pénétration des téléphones portables.

En 2005 en Suisse, on comptait 91,8 abonnements annuels de téléphonie mobile pour 100 personnes. En l'an 2000, ce pourcentage était de 64,3 abonnements annuels pour 100 personnes selon l'OFCOM.

L'Italie figure en tête avec plus de 120 abonnements pour 100 personnes; de même que l'Angleterre et le Portugal (110).

En queue de classement on trouve également le Japon (74), les USA (68) et le Canada (54).

Fin de l'infobox


Liens

×