Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sur les traces des comptes de Carlos Menem

Carlos Menem s'était présenté pour un troisième mandat de président en mai dernier. Sans succès.

(Keystone)

Dans le cadre de l’enquête sur les comptes secrets de Carlos Menem, les autorités judiciaires argentines ont dépêché une importante délégation à Berne et à Genève.

Mardi et mercredi, procureurs et juges d’instruction vont tenter de trouver des preuves contre l’ancien président argentin.

Encore en course pour un troisième mandat à la tête de son pays lors des élections de mai 2003, Carlos Menem, qui présida l’Argentine de 1989 à 1999, devra bientôt s’expliquer face la justice de son pays sur plusieurs comptes dont il a jusqu’ici nié l’existence.

Déjà emprisonné durant six mois en 2001 pour son implication présumée dans un trafic d’armes avec la Croatie et l’Equateur, il a été inculpé en décembre dernier pour avoir omis de déclarer au fisc un compte ouvert en Suisse au nom de son ex-épouse et crédité de près de 600’000 dollars.

Un volet supplémentaire d’une histoire aux tiroirs multiples, qui entrave les relations entre la Suisse et l'Argentine depuis plus de deux ans.

Pas étonnant dès lors que le «cas Menem» figure une nouvelle fois au centre des discussions de mardi et mercredi entre magistrats suisses et argentins.

Les suites de la rencontre Beliz - Metzler

Composée de quatre procureurs, de deux juges d’instruction et de deux greffiers, la délégation argentine est tout d’abord reçue mardi à Berne par les représentants de l’Office fédéral de la justice (OFJ), à l’origine de l’invitation.

En novembre dernier, l’ancienne ministre suisse de la Justice, Ruth Metzler, et son homologue argentin Gustavo Beliz avaient convenu d’accélérer la mise au point d’un nouveau traité de coopération en matière de criminalité, de corruption et de trafic d’armes entre les deux pays.

A ce jour, la justice helvétique a reçu huit demandes d’entraide judiciaire de la justice argentine, accompagnées de onze compléments d’information. Cette dernière attend notamment depuis deux ans que les comptes suisses de l’ex-président Carlos Menem lui soient notifiés.

Les trois volets de l’affaire Menem en Suisse

Les magistrats argentins ont également exigé la convocation à Genève d’un témoin iranien - Abolghassem Mesbahi – suscpetible, selon Buenos Aires, de fournir plusieurs éléments intéressants dans le dossier de l’attentat contre la mutuelle juive argentine AMIA.

Selon, cet ex-agent des services secrets iraniens, Carlos Menem aurait touché dix millions de dollars de la part de Téhéran pour étouffer la responsabilité iranienne dans cet acte terroriste, qui a causé la mort de 86 personnes en 1994.

Cette question très concrète - tout comme les deux autres volets de l'affaire Menem en Suisse (trafic d’armes et blanchiment d’argent) - doit être abordée mercredi par les magistrats argentins lors des entretiens prévus avec Christine Junod.

La juge d’instruction genevoise, en charge du dossier Menem, examinerait d'ailleurs actuellement les comptes d’une soixantaine de personnes liées à l’enquête sur les fonds Menem.

swissinfo et les agences

En bref

- Les autorités helvétiques et argentines veulent parvenir à clarifier les modalités de fonctionnement de l’entraide judiciaire entre les deux pays.

- L’«affaire Menem» - du nom de l’ancien chef d’Etat argentin (1989-1999)- doit être au centre des discussions entre la délégation argentine et les autorités suisses compétentes.

- Emprisonné durant six mois en 2001 pour son implication présumée dans un trafic d’armes, Carlos Menem s’est représenté l’an passé dans la course à la présidence de son pays, remportée par Nestor Kirchner.

- En octobre 2002, la justice genevoise a bloqué deux comptes liés à des proches de Carlos Menem dont le montant totale est inférieur à 10 millions de dollars.

- Depuis 2001, l’Argentine a envoyé plusieurs demandes d’entraide judiciaire concernant l'ancien président Menem.

Fin de l'infobox

Faits

1989-99 : Carlos Menem assume la présidence de l’Argentine.
2001: L’ancien président péroniste est emprisonné durant six mois pour son implication présumée dans un trafic d’armes avec la Croatie et l’Equateur.
2002: la justice suisse bloque deux comptes liés à des proches de Carlos Menem dont le montant total avoisinerait les sept millions de dollars.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×