Tour de France: Marco Pantani rêve de podium aux Champs-Elysées

L'Italien Marco Pantani espère décrocher une deuxième place. Keystone

Après une journée de repos à Courchevel, le Tour reprend la route pour son ultime étape de montagne. Au moment où une polémique éclate entre le maillot jaune Armstrong et Pantani.

Ce contenu a été publié le 18 juillet 2000 - 10:18

Mardi, après un jour de repos à Courchevel, les 137 coureurs encore en course, dont les Suisses Meier, Zülle et Zberg, reprennent leurs travaux alpestres: la 16ème étape de Courchevel à Morzine (196,5 km).

Une ultime étape de montagne rendue difficile par la chaleur qui revient et son tracé par les cols des Saisies, des Aravis, de la Colombière, la côte de Chatillon sur Cluses et Joux-Plane. Dont le sommet est à 1700 mètres d'altitude et surtout à 12,5 kilomètres de l'arrivée.

Un Tour de France qui repart sur fond de polémique. Déformés et amplifiés par la presse américaine, les propos de Pantani après sa victoire au Ventoux - ils étaient empreints d'une certaine amertume - n'ont pas engendré la joie chez Armstrong. Qui regrette son geste. "Plus jamais j'abandonnerai la victoire (sic)!".

Un Armstrong qui tenait conférence de presse à Courchevel. Le maillot jaune relevait en substance: "Je suis surpris par l'écart creusé sur Ullrich. Il n'a probablement pas fait une préparation hivernale optimale...".

Ensuite l'Américain d'affirmer: "Pour moi le meilleur est encore à venir. Je vise une victoire d'étape contre la montre à Mulhouse".

Si la première place du podium à Paris est quasi assurée, Marco Pantani ne cache pas ses nouvelles ambitions: accéder à l'une des deux places restantes. Pour ce faire, il devra mettre Ullrich K.-O. entre Courchevel et Morzine. Sans occulter les ambitions de Beloki. L'Espagnol n'est pas un spécialiste du contre-la-montre à l'inverse d'Ullrich et du Français Moreau, autre candidat au podium sur les Champs-Elysées.

Le Tour de France reprend donc la route. Les mouvances de la course des quinze premiers jours laissent augurer de nouvelles passes d'arme. Reste à savoir si les Suisses y participeront. Zülle peut viser un résultat au contre-la-montre. Quant au sprinter Markus Zberg, les abandons des Steels, O'Graddy, Nazon et autre Wust lui ouvrent des perspectives.

Pierre-Henri Bonvin

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article