Travail: l'OCDE met la Suisse en garde

Les femmes, les parents isolés et les travailleurs immigrés sont les plus menacés. Keystone

Selon l'OCDE, la dégradation du marché de l’emploi risque d’affecter de manière disproportionnée les travailleurs les plus vulnérables.

Ce contenu a été publié le 17 septembre 2003 - 17:59

En Suisse, le taux de chômage devrait atteindre cette année 3,1% de la population active en moyenne, contre 2,3% l'an passé.

L´Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié mercredi à Paris ses perspectives pour l´emploi. Elle y constate une dégradation générale de la situation amorcée en 2000-2001.

L’OCDE adresse donc une mise en garde. «La dégradation de la situation du travail pourrait affecter de façon disproportionnée certaines catégories».

Elle mentionne notamment les travailleurs âgés, les femmes, parents isolés, travailleurs immigrés, jeunes défavorisés et personnes handicapées d´âge actif.

A ce titre, l´OCDE se félicite qu´en Suisse le taux d´emploi de personnes ayant un handicap s´élève à 60%, près du triple de pays comme l´Espagne.

Une priorité pour les gouvernements

Elle souligne également que la Suisse et la Suède «laissent désormais plus de liberté aux travailleurs âgés pour choisir le moment de leur départ à la retraite, en autorisant aussi bien les départs anticipés que les départs différés».

Elle rappelle que «la lutte contre le chômage persistant et élevé doit demeurer une priorité pour les gouvernements».

La Suisse n´échappe pas au phénomène. Selon les prévisions de l´OCDE, la variation annuelle de l´emploi va subir une baisse de 0,5% cette année par rapport à 2002.

Le Japon et les Pays-Bas sont les deux pays qui font moins bien avec - 0,6%. L´emploi reprendra la pente ascendante en Suisse en 2004 avec une hausse de + 0,6%.

Légère baisse du chômage en 2004

En ce qui concerne le chômage, le taux moyen de 3,1% de la population active prévu pour cette année en Suisse est nettement inférieur à la moyenne de l´ensemble des pays de l´OCDE (7%) et surtout à celle des pays européens membres de l´organisation (9,1%).

«La Suisse n’est confrontée au problème du chômage que depuis les années 90. Et depuis, l’embellie économique a été trop courte, raison pour laquelle le chômage reste élevé en Suisse», précise Serge Gaillard, secrétaire de l’Union syndicale suisse.

Les prévisions de l´OCDE signalent une hausse de la population active en Suisse de 0,4% en 2003 et 2004 et une légère baisse du chômage en 2004 où il atteindra 2,9% de la population active, un taux cependant supérieur à celui de 2002 (2,3%).

Des chiffres qui correspondent aux prévisions du Secrétariat d’Etat à l’économie (seco). «En nous basant sur le nombre de chômeurs inscrits dans les Offices régionaux de placement (ORP), nous tablons sur un taux de chômage de 3,9% pour la moyenne de cette année, soit 152'000 personnes».

Montée du chômage «moins marquée»

L´OCDE signale néanmoins que «la montée du chômage en Suisse est moins marquée qu´elle ne l´était au cours des périodes précédentes de ralentissement d´activité.

Les réformes structurelles ont peut-être commencé à déboucher sur une amélioration durable des performances de l´emploi», suggère l´organisation.

En effet, «une part importante des gains en termes d´emploi enregistré au cours de la dernière décennie sont structurels et, par conséquent, peuvent perdurer».

swissinfo et les agences

En bref

- Sur la base des tendances actuelles, le rapport des plus de 65 ans à la population active totale passera de 27% en 2000 à 47% en 2030.

- Ce qui ne manquera pas de mettre à mal les régimes actuels de pension et menacera les niveaux de vie.

- L'OCDE estime donc que les réformes ne doivent donc pas seulement viser les chômeurs - ceux qui recherchent du travail - mais les personnes qui sont dans le non-emploi.

- Les femmes au foyer, les personnes dépendantes de prestations sociales, les pré-retraités, les parents isolés et les personnes handicapées.

- La Suisse possède un des meilleurs taux d'emploi de personnes handicapées des pays membres de l'OCDE.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article