Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un mémorial pour les victimes du crash d'Überlingen

Daniela Einsdorf et sa sculpture en mémoire des victimes du crash. (Skyguide.ch)

Autorité de contrôle aérien du ciel suisse, Skyguide dévoile à Zurich un mémorial aux victimes du crash aérien d'Überlingen en 2002.

La collision de deux avions dans l'espace contrôlé par Skyguide avait fait 71 morts, dont 45 enfants russes. Deux ans plus tard, un père accablé avait tué l'unique contrôleur en poste à l'époque.

Ce meurtre du contrôleur du ciel oeuvrant au moment des faits et les demandes de réparation des victimes ont assuré au crash de rester en bonne place dans la mémoire collective.

Selon les déclarations d'un porte-parole de Skyguide, le mémorial doit du reste permettre de se souvenir de toutes les victimes – le contrôleur aérien compris.

Une cérémonie de commémoration avait lieu samedi en présence du patron de Skyguide Alain Rossier, de représentants de l'ambassade de Russie à Berne, des familles de victimes et d'habitants d'Überlingen

L'occasion de dévoiler le nouveau mémorial – une sculpture de verre et de pierre mesurant 2 m de haut – installé à l'entrée principale du nouveau siège de Skyguide à Dübendorf, près de Zurich.

Un signe de rapprochement

Cette sculpture porte des ailes symboliques qui représentent les 71 victimes de l'accident du 1er juillet 2002 et le contrôleur du ciel tué le 24 février 2004 – ces dates apparaissant en or sur le mémorial.

«Il ne s'agit pas d'une simple sculpture dans un hall d'entrée, c'est aussi un signe de rapprochement», indique à swissinfo Patrick Herr, porte-parole de Skyguide.

L'œuvre est due à Daniela Einsdorf, une artiste d'Überlingen qui appartient aussi à un groupement du sud de l'Allemagne mis en place après la tragédie pour favoriser les relations avec l'Europe de l'est et la Russie.

«Très légère, la sculpture est tout à fait appropriée, estime Patrick Herr. J'espère vraiment que les gens l'apprécieront. Qu'il la percevront comme étant signifiante.»

Ceci dit, quatre ans après, l'ombre de la tragédie continue à planer...

Pas encore évacué pour certains

Aux dires de Patrick Herr, le crash et les morts sont aujourd'hui parties de l'histoire du contrôle aérien suisse pour les 1400 employés de Skyguide.

«Certains ont réussi à dépasser l'accident et les morts, mais pour d'autres, tout cela est encore très présent, explique le porte-parole. Et ce n'est pas toujours évident...»

«Mais, poursuit-t-il, je pense que nous sommes en bonne voie autant à l'interne chez Skyguide que dans nos relations avec les familles des victimes.» Reste que certaines actions légales en lien avec l'accident sont toujours pendantes.

En mai, un premier procès civil en dommages a eu lieu à la cour régionale de Constance. Skyguide et l'Allemagne pourraient se voir contraints de payer des millions de dollars de compensation à la compagnie Bashkirian Airline.

«Incompréhensibles et inacceptables»

Selon le juge, la manière dont Skyguide organisait le trafic aérien au moment du drame est la principale cause de la collision. Le magistrat qualifie les événements de cette nuit-là d'«incompréhensibles et inacceptables.»

Dans cette affaire, le jugement est attendu le 27 juillet. Deux autres cas doivent passer sous la loupe de la même cour. La multinationale de convoyage de courrier DHL et 19 compagnies d'assurances veulent obtenir des compensations de la part de l'Allemagne.

Dans une autre affaire encore, l'assureur suisse Winterthur cherche à récupérer 2,5 millions de dollars que Skyguide a payé à des familles de victimes dans le cadre d'un accord extrajudiciaire.

swissinfo, Simon Bradley
(Traduction: Pierre-François Besson)

En bref

- Dans la nuit du 1er au 2 juillet 2002, un avion de transport de passagers russe entrait en collision avec un avion cargo dans l'espace aérien contrôlé par le Suisse Skyguide au-dessus d'Überlingen, dans le sud de l'Allemagne. Résultat: 71 morts.

- Skyguide a par la suite admis une responsabilité partielle. Un proche de trois victimes a tué le contrôleur du ciel en poste au moment de l'accident en le poignardant à son domicile de Zurich en février 2004.

- Le Tribunal cantonal de Zurich a reconnu l'architecte russe Vitali Kaloev coupable d'homicide intentionnel, le condamnant à huit ans de prison. Le verdict final est toujours pendant.

- Dans leur rapport d'octobre 2004, les enquêteurs allemands ont constaté que l'accident est largement dû à la négligence de Skyguide et à des erreurs partielles des deux pilotes russes.

Fin de l'infobox


Liens

×