Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un titre européen à défendre en escrime

Marcel Fischer à la tête de l'équipe de Suisse d'escrime en Hongrie

(Keystone)

Les championnats d’Europe d’escrime débutent ce lundi à Zalaegerszeg (Hongrie). Huit épéistes suisses, dont le champion olympique Marcel Fischer, sont de la partie.

Légérement blessée, la Valaisanne Sophie Lamon, championne du monde juniors en titre, tiendra sa place.

La Suisse a un titre à défendre. Il y a 12 mois, lors des Européens à Copenhague, le quatuor Marcel Fischer, Benjamin Steffen, Fabian Kauter et Dominik Saladin avait décroché l’or à la surprise générale lors du concours à l’épée par équipes.

Non seulement aucune délégation helvétique masculine n’était plus montée sur le podium d’un événement majeur depuis 1982 et les championnats du monde à Rome (2e), mais en plus elle n’avait été désignée que 11e équipe sur les 21 en lice au Danemark.

En Hongrie, les trois premiers nommés, accompagnés cette fois de Michael Kauter, tenteront de remettre l’ouvrage sur le métier.

«Nous avons les moyens de renouveler cette performance ou du moins de figurer dans le trio de tête, est persuadé l’entraîneur national Rolf Kalich. La Suisse est désormais crainte de ses adversaires.»

Seule incertitude: la forme du champion olympique d’Athènes et no 2 mondial, Marcel Fischer. Actuellement en stage dans un hôpital bâlois, l’étudiant biennois a volontairement mis sa carrière sportive au second plan.

«La charge d’entraînement à laquelle a pu se soumettre Marcel depuis le début de l’année ne s’élève qu’à 25%, regrette Rolf Kalich. Difficile d’évaluer ses prédispositions dans ces conditions.»

Marcel Fischer au four et au moulin

Le seul athlète suisse titré lors des JO grecs se dit lui-même fatigué. «Gagner le titre en individuel me semble trop difficile vu mon état de fraîcheur, estime Marcel Fischer. Mais mes coéquipiers sont au point. Nos chances de médailles sont plus grandes lors de la compétition par équipes.»

Vérité ou modestie? Ses résultats en Coupe du monde 2005 ne permettent pas de se forger une opinion. Explications: le Biennois s’est imposé à Berne en mars et a terminé 3e à Lisbonne début juin. Entre-temps, il s’est montré discret (9e à Stockholm et à Paris, 33e à Heidenheim, 17e à Tallin).

L’ancien leader du classement mondial – il a perdu cette place ce lundi après dix mois de règne – évite de se mettre toute pression inutile.

«Je ne prends pas ces championnats d’Europe à la légère, précise-t-il. Mais je ne ferai pas une maladie si je devais mal tirer en Hongrie. Ma saison commencera véritablement lors des Universiades à Izmir, en Turquie, à la mi-août. Mon stage à l’hôpital sera alors terminé. Je pourrai me concentrer sur la grande échéance de cette année: les championnats du monde à Leipzig en octobre.»

Rolf Kalich n’en demeure pas moins convaincu: il y a un bon coup à jouer lors des épreuves individuelles hongroises. «S’ils figurent parmi les huit derniers, Marcel mais également Benjamin Steffen ont les moyens de jouer les premiers rôles.»

A Legnano (Italie), Steffen a en effet fêté en mai son premier podium en Coupe du monde en terminant à la 3e place. Sans oublier Fabian Kauter qui, lui, s'est classé 8e à Berne et à Tallin (Estonie).

Avec la championne du monde juniors

Les escrimeuses suisses ne devraient pas rester dans l’ombre de leurs homologues masculins. En mai, Sophie Lamon, Diana Romagnoli, Tiffany Géroudet et Simone Näf ont pris la 2e place de l’épreuve de Coupe du monde à Nankin en Chine. Une première!

«Avec une équipe de ce niveau-là, tout est possible», confirme laconiquement Rolf Kalich, qui a accueilli avec plaisir la confirmation de la participation de la championne du monde juniors en titre Sophie Lamon (20 ans).

Légèrement blessée à une cuisse, la Valaisanne expatriée à Paris, a hésité jusqu’au dernier moment à être du rendez-vous en Hongrie, histoire de ne pas hypothéquer ses chances lors des prochains Mondiaux.

De la partie pour le concours par équipes, la Française d'adoption n'a en revanche pas encore arrêté sa décision en individuel. Les espoirs de médailles ne reposeraient alors véritablement que sur la Zurichoise Diana Romagnoli, notamment 3e au Luxembourg en mars.

swissinfo, Raphael Donzel

Faits

Les championnats d’Europe d’escrime ont lieu à Zalaegerszeg (Hongrie) du 27 juin au 3 juillet 2005.
Huit épéistes suisses (quatre dames et quatre messieurs) ont décroché leur sélection, dont le champion olympique et numéro un mondial Marcel Fischer.
L’année passée, à Copenhague, l’équipe masculine (Marcel Fischer, Benjamin Steffen, Fabian Kauter et Dominik Saladin) avait remporté la médaille d’or à l’épée.

Fin de l'infobox

En bref

- La délégation helvétique est toujours placée sous la houlette de l’Allemand Rolf Kalich (54 ans), élu entraîneur suisse de l’année 2004.
- En Hongrie, aucun représentant helvétique des deux autres disciplines, le sabre et le fleuret, n’est de la partie.
- Selon Kalich, l’accent mis par la fédération sur le développement de l’épée il y a une vingtaine d’années a empêché aux deux autres armes de connaître un même développement en Suisse (absence d’entraîneurs nationaux et de partenaires de haut niveau,...).

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×