Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une agence des Nations Unies condamne l'UDC

"Des requérants d'asile sans gène, une mafia albanaise brutale", extrait de l'encart publicitaire de l'UDC.

(swissinfo.ch)

A la veille de législatives, le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) dénonce l’utilisation par la droite dure de slogans hostiles aux demandeurs d’asile.

L’an passé, ce même HCR avait déjà condamné l’Union démocratique du centre (UDC) pour les mêmes raisons.

Il s'agit de déclarations «parmi les plus ouvertement hostiles au droit d'asile jamais publiées par un parti politique de premier plan en Europe», a déclaré à swissinfo Rupert Colville, porte-parole du HCR.

«A l’exception de celles publiées il y a quelques années lors d’une campagne électorale au Danemark», ajoute-t-il.

Le HCR est très inquiet du ton d'une partie des proclamations faites à l'occasion des élections de ce week-end en Suisse.

Des encarts qui divisent



L'UDC, premier parti de Suisse en voix (22,5% aux élections de 1999), a publié dans la presse helvétique des encarts publicitaires qui alimentent la polémique depuis une dizaine de jours.

Ils dénoncent sur une pleine page «des requérants d'asile sans gêne, une mafia albanaise brutale» et affirment que le trafic de drogue est aux mains des «Noirs africains».

La Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) a déjà annoncé qu'elle allait porter plainte à ce sujet.

Une politisation du droit d’asile



«Nous estimons que les stéréotypes négatifs et la manipulation de statistiques menacent vraiment les réfugiés», indique Rupert Colville.

La politisation du droit d'asile afin de servir un programme politique précis est un phénomène troublant, selon le HCR.

«D’autant que ces thèmes sont souvent repris par les autres partis, qui sont tentés d’adapter leur programme politique pour glaner quelques voix», constate Rupert Colville.

Il n’hésite pas à parler de ce phénomène, qui s’est manifesté plus d’une fois ces dernières années en Europe, comme d’une des plus grandes menaces pour le droit d’asile dans le monde industrialisé.

Des amalgames intolérables



Ce sont donc les associations systématiques entre demandeurs d’asile et criminalité ou autres images négatives que le HCR condamne.

Un amalgame que la plupart des représentants romands de l’UDC ont également critiqués, Guy Parmelin en tête.

Ce qui n’empêche pas le président de la section vaudoise de se demander pourquoi le HCR réagit seulement deux jours avant les élections, alors que la polémique fait rage depuis dix jours.

«Il y a là une visée politique qui me gène», poursuit le Vaudois.

Credo repris par le porte-parole de l’UDC suisse, Yves Bichsel, qui parle «de sommet de l’impertinence quand une organisation dicte quels sont les thèmes dont on peut ou ne peut pas parler dans une campagne électorale».

Il n’hésite pas à utiliser le terme d’ingérence de l’ONU dans la campagne électorale suisse.

A quoi Rupert Colville répond «que c’est notre devoir de protéger les réfugiés qui ont tous été un jour demandeurs d’asile. Des encarts pareils sont préjudiciables aux réfugiés».

Il est en effet très rare qu'une organisation internationale basée à Genève comme le HCR intervienne ainsi dans une campagne électorale nationale.

L’UDC dans le colimateur



Selon les derniers sondages, la droite populiste du milliardaire zurichois Christoph Blocher devrait conforter dimanche sa place de première formation politique du pays en recueillant près de 25% des suffrages.

Elle a fait de l'immigration un de ses chevaux de bataille, en la liant à la criminalité.

«C’est tellement facile d’attiser la xénophobie de la population en jouant sur ses préjugés et ses peurs, analyse Rupert Colville. Mais c’est très dangereux.»

Et ce n’est pas la première fois que le HCR vise l’UDC. Le parti populiste avait déjà été mis en garde en novembre 2002, à l'occasion de son initiative.

Partant du principe que la grande majorité des requérants d'asile sont de «faux réfugiés», l'UDC avait proposé que tous ceux ayant transité par un pays "sûr" avant de venir en Suisse voient leur demande automatiquement rejetée.

Le HCR avait alors dénoncé une campagne «trompeuse» de l'UDC et il avait exprimé son «soulagement» quand cette proposition avait été rejetée de justesse, par 50,1% des voix.

swissinfo et les agences

En bref

- Les encarts publicitaires de l’UDC sur la criminalité ont créé la polémique en Suisse.

- La Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) a déjà annoncé qu'elle allait porter plainte à ce sujet.

- Ce n’est pas la première fois que le HCR critique l’UDC. Il était déjà intervenu en novembre 2002, lors de son initiative sur le droit d’asile.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.