Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une bouffée d'oxygène pour Swiss

Peut-être une chance pour Swiss de redémarrer.

(Keystone Archive)

Dans la perspective de son adhésion à l’alliance Oneworld, Swiss a obtenu de son partenaire British Airways une garantie financière de 50 millions de francs.

Cette garantie a permis à la compagnie aérienne de décrocher le 12 mars dernier un crédit du même montant auprès de la Barclays Bank.

Ces 50 millions de francs ont été encaissés dans leur intégralité le 16 mars, a indiqué la direction mardi.

Cet accord était «prévisible et il ne s'agit donc pas d'une nouvelle renversante», souligne Patrik Schwendimann, analyste à la Banque cantonale zurichoise.

Il s'inscrit dans le cadre de l'entrée «imminente» de Swiss dans l'alliance menée par la compagnie britannique.

Problème de liquidités

Par ailleurs, la compagnie aérienne suisse explique que les négociations avec les banques continuent pour l'obtention d'une «réserve de liquidités pour parer à toute éventualité».

«La garantie de 50 millions peut faciliter les négociations en cours parce que le principe est d’entrer dans un cercle vertueux», commente François Savary, analyste financier indépendant.

«Autrement dit, précise-t-il, si Swiss arrive à sortir de son problème de liquidités, cela renforce la confiance que peuvent avoir les institutions bancaires qui doivent fournir des lignes de crédit plus importantes.»

Négociations complexes

Mais d’autres éléments interviennent dans ces négociations, nuance l’analyste financier. Il faut notamment que la stratégie de Swiss soit clairement définie et qu’elle s’avère payante.

Les discussions «sont extrêmement complexes et prennent plus de temps que prévu, ajoute Swiss, car elles portent sur le refinancement d'une partie du parc aérien» de la compagnie.

Ce crédit, qui devrait s'élever à quelque 300 millions de francs selon le président de Swiss Pieter Bouw, doit donc être nanti par les appareils du groupe.

Si les négociations durent depuis plusieurs mois, la compagnie s'affirme toutefois «bien moins sous pression» qu'au début de sa restructuration.

Amélioration globale

Le transporteur Swiss explique sa relative sérénité par le développement inopiné des liquidités, le prêt de 50 millions de francs décroché auprès de la Barclays Bank, les revenus attendus des mois d'été et les mesures d'économies prises.

A son niveau le plus bas, durant le 2e trimestre de l'exercice en cours, le niveau de liquidités devrait demeurer supérieur à 250 millions de francs, contrairement aux prévisions.

«Une amélioration se dessine sur différents fronts, confirme François Savary. Les objectifs se réalisent au niveau des coûts et la demande semble progresser - nombre de passagers et taux d’occupation des appareils».

Réduction de capital

Dans son communiqué de mardi, la compagnie Swiss confirme par ailleurs les résultats qu’elle a communiqués le 24 février. En 2003, la perte d'exploitation s'est ainsi élevée à 498 millions de francs, contre 909 millions de francs l’année précédente.

Cela dit, pour pouvoir rester dans les normes légales, le transporteur doit procéder à une nouvelle réduction de capital. La valeur nominale des titres sera réduite, passant de 32 francs à 18 francs.

swissinfo et les agences

Faits

Perte d'exploitation en 2002: 909 millions de francs
Perte d'exploitation en 2003: 498 millions de francs
Liquidités à fin 2003: 503 millions de francs

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse