US Open: George Bastl à la trappe

A l'image de Michel Kratochvil, George Bastl ne passera pas le premier tour de cet US Open. Keystone

Le Vaudois George Bastl, dernier Helvète à entrer en lice sur les courts de Flushing Meadows, n´a pas réussi à trouver la parade face à l´Australien Richard Fromberg et s´est incliné en quatre manches. Il quitte New York dès la fin du premier tour.

Ce contenu a été publié le 30 août 2000 - 23:58

A l'image de Michel Kratochvil, éliminé lundi par le Brésilien Andre Sa, George Bastl a fort bien entamé la rencontre qui l'opposait, mardi, à l'Australien Richard Fromberg, en remportant le premier set. Comme pour le Bernois, la suite des événements ne s'est pas déroulée comme prévu et le Vaudois, présent pour la seconde fois de sa carrière à New York, a connu les affres de l'élimination.

Le tournant de la rencontre se situe peut-être à la fin du deuxième set. George Bastl, au service, a en effet galvaudé une balle d'égalisation à cinq partout, finissant même par concéder le jeu et le set à son adversaire qui n'en demandait pas tant pour revenir pleinement dans la partie. Dès cet instant, il était dit que le résident de Villars-sur-Ollon ne parviendrait plus à renverser la vapeur. Il s'inclinera en quatre manches 6-4, 4-6, 3-6 et 2-6.

Après Michel Kratochvil, George Bastl est le second Suisse à passer à la trappe. Les espoirs helvétiques reposent désormais sur les épaules de Marc Rosset et de Roger Federer.

Impressionnant vainqueur de l'Allemand Christian Vinck, le Genevois se frottera au second tour à l'Espagnol Alex Corretja, tête de série numéro 8 du tournoi.

Roger Federer a pour sa part bénéficié d'un coup du pouce du destin pour passer le cap du premier tour face au Hollandais Peter Wessels. Mené 4-3 dans le cinquième set, le Bâlois, qui avait déjà sauvé une balle de match dans la quatrième manche, a évité une fin de rencontre pénible suite au forfait de son adversaire blessé à la cheville. Il sera opposé au second tour au Canadien Daniel Nestor fringant vainqueur du Français Fabrice Santoro.


Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article