Zurich chasse les moutons noirs de l'aide sociale

Les enquêteurs devront trouver les moutons noirs qui abusent de l'aide sociale. imagepoint

La Ville de Zurich a décidé mardi de mettre sur pied une équipe d'enquêteurs pour lutter contre les abus en matière d'aide sociale.

Ce contenu a été publié le 03 mai 2006 - 10:20

Cette décision a été prise suite à la découverte récente de quelques cas d'abus. Zurich suit l'exemple d'autres communes suisses alémaniques.

La décision de constituer un groupe de travail en charge de découvrir les cas d'abus a été prise à l'unanimité, explique Urs Lauffer, vice-président du dicastère des Affaires sociales de la Ville de Zurich. Des experts financiers feront également partie de cette équipe.

Pas d'enquêteurs indépendants

Dans le cas où une personne serait soupçonnée d'abuser de l'aide sociale, les enquêteurs auront la mission de recueillir des preuves précises.

Le nouveau groupe de travail, qui sera actif dans deux mois, sera soumis aux autorités communales chargées de l'aide sociale. «Nous avons ainsi voulu nous distancier du modèle de détective social proposé par l'UDC», explique Urs Lauffer.

L'Union démocratique du centre (UDC / droite dure) demande en effet la création d'instituts formés d'enquêteurs qui seraient totalement indépendants des autorités responsables de l'aide sociale et des personnes qui s'occupent des cas. Mais cette option a été écartée, car jugée contre-productive.

Contrôles à tous les niveaux

Les contrôles actuels contre les abus dans le domaine social ne seront pas remplacés, mais complétés par le nouveau groupe de travail. Les vérifications seront intensifiées à tous les niveaux.

Par exemple, les employés des centres sociaux, qui connaissent particulièrement bien les cas individuels, devront apporter des preuves encore plus concrètes de la nécessité d'accorder une aide.

Une question politique

Le président de la Conférence suisse des institutions d'action sociale affirme à swissinfo que les mesures zurichoises ne posent pas de problèmes. Et qu'elles ont avant tout été prises pour couper l'herbe sous le pied des politiciens.

«Si ces contrôles se déroulent dans le cadre des lois sur l'aide sociale, il n'y a absolument rien à redire, dit Walter Schmid. Par contre, nous sommes clairement opposés à la nomination de détectives sociaux indépendants.»

swissinfo et les agences

En bref

- L'idée d'enquêteurs chargés de découvrir les cas d'abus dans le secteur de l'assistance sociale a pris de l'ampleur en raison d'un récent scandale.

- Quelques jeunes Zurichois à problèmes avaient été invités dans un centre illégal de rééducation en Espagne.

- Le responsable de cette opération, un citoyen suisse résidant en Espagne, recevait depuis des années une aide sociale de la Ville de Zurich.

- En 2005, la Ville de Zurich a enregistré 14'000 cas relevant de l'aide sociale.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article