Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Zurich suspend les greffes du coeur

L'enquête sur la mort d'une transplantée du coeur l'an dernier est toujours en cours.

(Keystone)

Suite au décès d’une patiente qui avait reçu un cœur incompatible, on n’effectuera momentanément plus de transplantations cardiaques à Zurich.

Ainsi en a décidé lundi Verena Diener, ministre cantonale de la santé, afin de préserver les patients et le personnel durant l’enquête en cours.

Au vu de la pression à laquelle sont soumis les médecins et le personnel, les transplantations cardiaques sont actuellement «trop risquées», confirme Marianne Delfosse, porte-parole de la patronne de la santé publique zurichoise.

Les autorités politiques et la direction de l’Hôpital universitaires sont donc convenues d’un moratoire, qui ne devrait pas durer plus de «quelques semaines». Il s'agit de protéger les employés pendant l'enquête supplémentaire du ministère public.

Meurtre par dol éventuel ?

Marianne Delfosse a encore confirmé que les deux médecins impliqués dans la transplantation fatale ont provisoirement été suspendus de toute tâche clinique. L'affaire a pris une nouvelle tournure ce week-end, lorsque la justice zurichoise a annoncé qu'elle n'enquêtait plus pour homicide par négligence mais aussi pour meurtre par dol éventuel.

Il s'agit de savoir si les médecins ont effectivement implanté en connaissance de cause un coeur d'un groupe sanguin incompatible, ce qui a conduit au décès de la patiente trois jours après l'opération.

La télévision suisse alémanique SF-DRS avait obtenu l'autorisation de filmer la patiente, dans le cadre d'un documentaire sur les transplantations. Au départ, l'affaire a été mise sur le compte de l'erreur humaine, mais la semaine dernière, la presse a révélé que le coeur a été sciemment implanté, dans un but expérimental, pour voir s'il était possible d'implanter un organe au groupe sanguin différent de celui du malade.

Moratoire critiqué

Lors de la session de lundi du parlement cantonal zurichois, les partis bourgeois ont vivement critiqué le moratoire qui, selon eux, risque de saper les efforts pour maintenir les transplantations cardiaques à Zurich.

Pour eux, la clinique du coeur, mondialement reconnue, doit rester à Zurich et le moratoire ne fera que renforcer l'insécurité qui règne actuellement à l'Hôpital.

En revanche, le parti socialiste salue la décision de Verena Diener. Pour la gauche, «cette pause de réflexion et d'action doit en premier lieu servir à protéger les patients et les employés de l'hôpital».

swissinfo et les agences

En bref

- L’affaire zurichoise survient en plein débat sur la concentration des centres de transplantations suisses

- D'ici à 2008, il est prévu de regrouper les spécialités afin d'économiser de l'argent et d'offrir des traitements plus efficaces. Ce processus nécessite toutefois l’accord de 17 cantons au moins et les résistances locales sont fortes.

- Ainsi, les transplantations du coeur seraient à l'avenir uniquement effectuées à Bâle, Berne et Lausanne, et celles du foie à Zurich.

- A ce jour, cinq cantons ont donné leur accord. Si les autres ne le font pas avant le printemps 2006, il est probable que la Confédération reprenne la planification en main.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.