Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Coopératives d’habitation Des hébergements d’urgence transformés en lotissements branchés

Des immeubles colorés

Le lotissement Häberlimatte a été construit dans les années 1960 par la Coopérative de construction des employés des chemins de fer et offre 72 appartements familiaux à des prix raisonnables.

(Ruben Holliger / EGB)

Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses personnes se sont retrouvées à la rue en Suisse. Les coopératives d’habitation ont permis d’atténuer cette crise du logement. Beaucoup d’entre elles célèbrent leurs 100 ans cette année.

L’industrialisation a poussé la population suisse à migrer dans les villes au milieu de 19e siècle, provoquant une pénurie d’hébergements. Durant l’été 1889, près de cent familles étaient sans abri à Berne. Beaucoup d’entre elles vivaient dehors, dans les bois, à la périphérie. La situation était devenue intenable. Berne a ainsi été la première ville de Suisse à puiser dans l’argent public pour construire des logements destinés aux personnes défavorisées.

Les coopératives de locatairesLien externe apparaissent dès 1890 dans les classes moyennes. Le concept est simple: si plusieurs individus s’associent, ils peuvent construire des logements à un meilleur prix et ainsi profiter de loyers très avantageux, sans devoir faire de bénéfice.

Comme peu de logements ont été construits durant la Première Guerre mondiale, la pénurie s’est encore intensifiée après le conflit. De nombreuses coopératives d’habitation ont vu le jour à cette période, surtout en Suisse alémanique. La plupart existent encore aujourd’hui.

Photo historique de la ville de Berne

Les appartements étaient rares en ville de Berne. Ici, des familles à proximité de la fontaine de l'Ogre vers 1880.

(Paul Does / ETH-Bibliothek Bildarchiv)

Large soutien

Après la guerre, au manque de logement est venu s’ajouter un taux de chômage élevé dans le secteur de la construction. Pour tenter d’endiguer ces deux phénomènes, la Confédération, les cantons et les communes ont soutenu les coopératives avec des subventions, des prêts avantageux et des terrains bon marché. Les Chemins de fer fédéraux (CFF) ont également mis la main au porte-monnaie, car ils souhaitaient que leurs employés habitent relativement proches de leur lieu de travail.

La coopérative d’habitation des cheminots de Berne (Eisenbahner-Baugenossenschaft Bern EBGLien externe) a par exemple été fondée en 1919, avec pour objectif de fournir de meilleurs logements aux familles des travailleurs. À l’époque, beaucoup rêvaient de posséder une maison individuelle. Les premiers quartiers ressemblaient donc à des rangées de petites habitations familiales avec chacune son jardin potager, pour permettre aux cheminots de cultiver eux-mêmes leurs légumes.

Plan d'un quartier d'habitation

Plan du quartier des cheminots de Weissenstein, dessiné par l'architecte Franz Trachsel en 1922.

(EBG)
Place du village du quartier de Weissenstein, photo historique

La place du village du quartier de Weissenstein après son achèvement en 1923.

(Staatsarchiv Bern)
Vue aérienne d'un quartier d'habitation dans la campagne

La coopérative d'habitation des cheminots de Schaffhouse a été fondée en 1927/28 selon le même concept que celle de Berne.

(Walter Mittelholzer /ETH-Bildarchiv)
Jardin d'une petite maison dans les années 20

Toutes les maisons de ce quartier du canton d'Argovie disposent d'un jardin pour permettre aux familles une certaine autonomie, 1942.

(Keystone )

D’abord pour la classe moyenne

Le projet a reçu le soutien financier des pouvoirs publics et des CFF, si bien que la coopérative EBG n’a pas dû investir beaucoup de ses fonds dans la construction. Toutefois, la cotisation et le loyer étaient encore trop élevés pour les travailleurs vraiment défavorisés, c’est donc la classe moyenne qui s’est installée dans le quartier des cheminots. Ces petites maisons avec jardin sont toujours très populaires aujourd’hui, la liste d’attente est longue pour en obtenir une.

La coopérative des cheminots a construit plus tard d’autres lotissements ainsi que des immeubles aux loyers modérés, accessibles également aux employés les plus pauvres. L’EBG est encore de nos jours un acteur majeur de la construction de logements sociaux dans la région bernoise. Ces habitations sont avant tout destinées aux employés de l’administration et des entreprises proches de l’État.

Vue aérienne du quartier de Weissenstein

Vue aérienne actuelle du quartier de Weissenstein à Berne.

(Ruben Hollinger / EBG)

Pour son centième anniversaire, la coopérative des cheminots a publié un livre qui s’intitule «Welcome homeLien externe». L’ouvrage raconte l’histoire d’EBG et aborde des thématiques comme la gentrification, l’architecture des gratte-ciels, l’entretien des monuments ou le développement des agglomérations. Il est agrémenté de photographies des lotissements ainsi que de leurs habitants.

Immeubles d'habitation

Immeubles de la coopérative d'habitation des cheminots de Zurich, 1974.

(Wolf-Bender Heinrich / Baugeschichtliches Archiv)
Une façade d'immeuble

Appartements bon marché dans le lotissement rénové Fellergut en ville de Berne.

(Ruben Hollinger / EBG)

Les coopératives d’habitation au XXIe siècle

Environ 4% des logements suissesLien externe sont gérés aujourd’hui par des organismes à but non lucratif. Cette proportion est dix fois plus élevée dans les grandes villes. À Zurich, par exemple, près d’un quart des appartements appartiennent à des coopératives.

Le manque de terrains constructibles et l’explosion de la demande dans les centres urbains ont conduit à une hausse importante du prix de l’immobilierLien externe. Les coopératives sont indispensables pour permettre aux ménages avec des moyens limités de se loger en ville. Elles sont aussi considérées comme des pionnières dans la construction de nouvelles formes d’habitations et de logements plus compacts.

Une immeuble d'habitation

La coopérative "Mehr als Wohnen" à Zurich offre différents espaces d'habitation et est orientée vers une société à 2000 watts.

(Ester Unterfinger / swissinfo.ch)
Une maison à Genève

Dans cette coopérative genevoise, des milliers de vers de terre épurent les eaux usées depuis 2018.

(Martial Trezzini / Keystone)

Gentrification

Les coopératives d’habitation sont aussi la cible de nombreuses critiques: on parle d’une société à deux vitesses, car beaucoup d’individus n’ont pas la chance d’obtenir ces appartements. D’après le think tank Avenir Suisse, c’est surtout la classe moyenne qui en profite car les locataires doivent souvent verser des sommes importantes à la coopérative. De plus, les nouvelles constructions correspondent à des standards élevés ce qui fait grimper les loyers, même si l’organisation reste à but non lucratif.

Un immeuble en construction

Les logements des nouvelles coopératives d'habitation, comme ici à Zurich, ne sont souvent habités que par la classe moyenne supérieure, car les loyers et les cotisations sont trop chers.

(Gaetan Bally / Keystone)

Dans l’ouvrage publié à l’occasion du centenaire d’EBG, un géographe met en garde: les coopératives d’habitation pourraient amplifier le phénomène de gentrification. Si les appartements rénovés et construits par les coopératives ne sont accessibles qu’aux locataires les plus aisés, les habitants actuels seront obligés de quitter le quartier.


(Traduction de l'allemand: Marie Vuilleumier)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.