Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Suisse-UE


L’engagement de frontaliers a augmenté de 3,7%


La hausse de travailleurs frontaliers mesurée sur une année va à l’encontre des recommandations du Conseil fédéral. Et ce depuis la votation du 9 février 2014 pour l’imposition de quotas pour les travailleurs européns. Les explication de la RTS.

La réaction de Jean-François Rime, président de l’association économique USAM et membre de l’UDC (droite conservatrice).

Deux fois plus en 20 ans

De son coté, l'Institut CREA de Lausanne a calculé l'impact des frontaliers et des pendulaires intercantonaux sur le PIB romand. Selon les chiffres 2013, le fruit de leur travail représente une part de 18%, soit un franc sur cinq. Cette proportion a pratiquement doublé depuis 1990.

La part des pendulaires et des frontaliers est un peu près égale:  on compte 85'000 pendulaires entre cantons romands, auxquels s'ajoutent 20'000 personnes en provenance de Suisse alémanique. Le nombre des frontaliers se monte à environ 120'000.

Contribution

La contribution de ces travailleurs mobiles diffère cependant d'un canton. Elle est supérieure à la moyenne romande dans les cantons de Genève (30% en 2013), de Neuchâtel (21%) et du Jura (21%). A l'inverse, elle est plus basse dans les cantons de Vaud (16%), de Fribourg (11%) et du Valais (5%).

Au niveau des branches, la part la plus élevée concerne les activités manufacturières: trois francs sur dix (29%) y sont créés par le travail des pendulaires intercantonaux et des frontaliers. Cette contribution est moins importante dans les activités immobilières (10%) et l'agriculture (4%).

Le PIB romand est publié depuis 2008 par les six banques cantonales romandes en collaboration avec le Forum des 100 de L'Hebdo. Les calculs sont réalisés par l'Institut CREA d'économie appliquée de la Faculté des HEC de l'Université de Lausanne.

swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 19’05’2016)

×