Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Interdiction de se dissimuler le visage


Les touristes arabes s'adaptent, les hôteliers tessinois respirent


Par Gerhard Lob, Tessin


 Autres langues: 4  Langues: 4
Le jour même de l'entrée en vigueur de la loi, la convertie Nora Illi était venue voilée au Tessin, en signe de provocation, avant de se faire amender par la police.  (Keystone/Ti-Press)

Le jour même de l'entrée en vigueur de la loi, la convertie Nora Illi était venue voilée au Tessin, en signe de provocation, avant de se faire amender par la police. 

(Keystone/Ti-Press)

Le Tessin est actuellement le seul canton suisse où il est interdit de se voiler le visage dans l'espace public. La «loi anti-burqa» est entrée en vigueur il y a un mois. Les touristes arabes concernées se sont adaptées. Jusqu'à présent, seules deux amendes ont été infligées, l'une d'elles ayant sanctionné une provocation. Les hôteliers tessinois respirent.

La loi controversée interdisant de dissimuler totalement son visage est entrée en vigueur le 1er juillet au Tessin. Depuis, deux infractions ont été sanctionnées par des contraventions, selon les indications fournies par les polices communales. À Chiasso, une femme a reçu tout récemment une amende de 100 francs à proximité immédiate de la douane.

À Locarno, la Suissesse convertie Nora Illi a été mise à l'amende le 1er juillet déjà. Elle s'était rendue au Tessin le jour même de l'entrée en vigueur de la loi pour l'enfreindre volontairement à titre de protestation. À Lugano, la police est intervenue six fois, mais sans infliger d'amendes, a indiqué le municipal Michele Bertini. Franco Macchi, adjoint du commandant de la police, cite en exemple le cas d'«une femme arrivée avec sa famille de Milan pour une excursion d'une journée et qui ignorait tout de l'interdiction». Elle s'est excusée et a enlevé son voile.

Les autorités ont préparé un flyer d'information bilingue destiné aux touristes concernés par l'interdiction. Il explique ses bases légales et constitutionnelles en anglais et en arabe. Il donne aussi la liste des amendes encourues, qui vont de 100 à 1000 francs et, en cas de récidive, peuvent même atteindre 10'000 francs.

Les milieux touristiques respirent

Hotelleriesuisse Ticino a participé à l'élaboration de cette information, qui a été distribuée aux hôtels, commerces et aux restaurants. L'objectif n'est pas de la remettre à tous les touristes arabes qui viennent dans le canton, mais seulement aux femmes voilées ou à leurs époux.

Le secteur touristique avait très peur que la loi fasse fuir les clients venant des pays arabes. Avant même le 1er juillet, le président d'Hotelleriesuisse Ticino, Lorenzo Pianezzi, qui est aussi directeur de l'Hôtel Walter au Lac de Lugano, avait fait état des premières annulations de clients arabes. L'interdiction de dissimuler son visage était considérée comme un problème de plus pour une industrie touristique déjà en difficultés dans cette région.

Après quelques semaines, ces craintes semblent s'être dissipée. «Les clients arabes sont là – les réservations aussi. La loi n'a apparemment pas eu d'effet dissuasif», remarque M. Pianezzi. Pour 2016, nous prévoyons même une augmentation de 20 pourcent du nombre de touristes venant de ces pays, relève-t-il.

Les touristes s'adaptent

Jusqu'à maintenant, les hôteliers ne se plaignent guère. L'hôtel Splendide Royal de Lugano n'a pas constaté de baisse, alors que, selon ses propres indications, 90% de sa clientèle vient actuellement des pays arabes. «Il y a eu des annulations, mais il y en avait aussi eu l'an dernier», y indique-t-on, sans pouvoir préciser les raisons de ces annulations.

La clientèle s'est apparemment adaptée aux nouvelles dispositions. L'ambassade d'Arabie Saoudite a d'ailleurs informé activement ses citoyens sur la loi en vigueur au Tessin. «L'ambassade rappelle à tous les honorables citoyens la nécessité de respecter les règles suisses et de s'y conformer afin d'éviter tout problème». Jusqu'à présent, l'hôtel Splendide Royal n'a dû s'approcher que d'une seule cliente pour l'informer de l'interdiction du voile. «Elle l'a acceptée sans problème».

Le directeur tessinois de la justice et de la sécurité Norman Gobbi a lui aussi tiré un bilan positif, déclarant au quotidien de boulevard alémanique «Blick» que «les touristes arabes sont plus intelligents que bien des opposants à l'interdiction de la burqa». La majeure partie d'entre eux s'adapte, relève le conseiller d'Etat. Il avait aussi demandé à la police d'appliquer la loi avec tact.

Toujours plus de touristes arabes

De 2000 à 2015, le nombre de nuits passées à l'hôtel en Suisse par des touristes des pays du Golfe est passé de 189'000 à 929'000. Cette progression rapide se poursuit, comme le montrent les données les plus récentes d'Hotelleriesuisse. En mai, les nuitées des touristes venant des Etats du Golfe ont progressé de 22,4% par rapport au même mois de l'année précédente.

Un bon tiers d'entre eux a séjourné dans la région genevoise. Interlaken et l'Oberland bernois sont aussi très appréciés. 

Masques de protection respiratoire

Le parc d'attractions Swissminiatur de Melide, très prisé par les touristes arabes, n'a été confronté qu'à un seul cas. «Nous avons signalé au mari que sa femme devait retirer son voile», indique son «patron» Dominique Vuigner.

Le parc a engagé tout spécialement un collaborateur égyptien qui est en mesure de s'adresser en arabe aux visiteurs ne respectant pas l'interdit. La clientèle arabe est très importante pour le parc. Et elle augmente, en particulier parce que ces touristes évitent toujours davantage les pays tels que la France en raison de la menace terroriste.

Il est intéressant de noter que certaines femmes retirent leur voile, mais le remplacent par de grandes lunettes de soleil ou par des masques de protection respiratoire tels que ceux qui sont portés fréquemment dans les pays asiatiques. Leur compatibilité avec la loi n'a pas encore été clairement établie, notamment lorsque des raisons de santé sont invoquées.

Importance relative

Bien que la branche touristique soit soulagée, la loi a probablement dissuadé une partie de la clientèle arabe de se rendre au Tessin. Une policière de Mendrisio affirme voir bien moins de visiteurs arabes que par le passé. Le centre commercial Foxtown de Mendrisio n'est pas en mesure de dire s'il y a une baisse de la clientèle arabe qui le fréquente assidument. Selon les médias locaux, on peut toujours y voir des femmes voilées.

Avant même l'entrée en vigueur de la loi, Ticino Turismo avait affirmé qu'il ne fallait pas surestimer son impact pour le tourisme tessinois. Avec 45'000 nuitées, les visiteurs venant des Etats du Golfe ne représentent pas plus de 2,1% du total. Et seule une petite partie de ces hôtes portent le niqab ou la burqa.

Interdire le voile dans toute la Suisse

Suivant l'exemple du Tessin, le Comité d'Egerkingen veut étendre par voie constitutionnelle l'interdiction de dissimuler son visage à toute la Suisse. Ce comité rassemblé autour du conseiller national soleurois Walter Wobmann a déjà obtenu l'interdiction de construire des nouveaux minarets. Il a maintenant lancé l'initiative fédérale "Oui à l'interdiction de se dissimuler le visage".

La Chancellerie fédérale a procédé à l'examen préliminaire de l'initiative et son texte a été validé. Les initiants ont jusqu'au 15 septembre 2017 pour réunir les 100'000 signatures nécessaires pour qu'elle aboutisse.

Une interdiction nationale toucherait évidemment aussi la ville de Genève. En tant que siège de nombreuses institutions internationales, elle n'apprécie guère cette perspective. Il en va de même dans d'autres régions touristiques telles que l'Oberland bernois, et plus particulièrement Interlaken, où de nombreux touristes du Golfe passent la nuit.


Traduction de l'allemand: Olivier Hüther

×