Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La fête du hockey dans un temple du football

Langnau-Berne, le 14 janvier 2007: un derby qui restera dans les mémoires.

(Keystone)

Une affluence jamais vue en Europe depuis 50 ans: dimanche, 30'000 spectateurs ont investi le Stade de Suisse à Berne, transformé en patinoire pour le 100e derby de hockey entre l'équipe de la capitale et celle de Langnau

Malgré leur défaite sur la glace, les dirigeants du club de l'Emmental, coordinateurs de la rencontre, ont le sourire: l'événement leur rapporte un demi-million de francs.

Ce qui, il y a un mois encore, passait pour une idée bizarre et un peu trop ambitieuse s'est transformé dimanche en une journée qui entrera dans les annales du sport suisse. Et pas seulement suisse...

Bien qu'elle ait perdu la partie contre ses rivaux de la capitale (5 à 2), l'équipe de hockey sur glace des Langnau Tigers a gagné son pari: réunir 30'000 personnes pour célébrer ce 100e derby – nommé «Tatze-derby» – entre le club de la vallée de l'Emmental et l'équipe de Berne, plusieurs fois championne suisse.

L'important c'est d'y être

«On ne peut pas manquer un événement de ce genre», confie Martin, venu à Berne depuis le canton du Jura non seulement pour le sport, mais aussi pour le caractère unique (et le côté imposant) du rendez-vous.

C'est en effet la première fois qu'un match de Ligue nationale A se joue dans un stade normalement dévolu au football. Et c'est surtout la première fois depuis 50 ans qu'une rencontre de hockey réunit autant de spectateurs en Europe.

Un coup d'oeil à l'intérieur du Stade de Suisse – où la pelouse s'est pour l'occasion transformée en piste de glace – offre une vue impressionnante: un décor rouge, jaune et noir colore les gradins à 360 degrés et l'enthousiasme est palpable à chaque angle des tribunes.

Peu importe si, depuis de nombreux secteurs, il est impossible de suivre le puck (jamais une piste de glace suisse n'avait semblé si... petite), pour beaucoup des spectateurs présents, comme Stefan de Bienne, l'«important c'est d'y être». Tellement important d'ailleurs que les billets se sont vendus en un peu plus de deux jours.

Un événement à un million

L'idée de transporter le hockey dans un stade de football était celle du président de Langnau. Il voulait voir pour une fois son petit club sous les projecteurs.

Hans Grunder ne cache pas que derrière ce désir de transformer Cendrillon en princesse, il y avait aussi la volonté de renflouer les caisses du club. En tant qu'équipe «à domicile» (comme le dit l'agenda), Langnau a en effet droit à une partie des recettes.

Une fois les comptes bouclés, la partie devrait rapporter environ un demi-million de francs au club. Les 1200 billets VIP, vendus à 220 francs, représentent déjà à eux seuls une recette considérable. L'autre moitié des gains ira à l'autre organisateur de l'événement, le Stade de Suisse, le nouveau joyau du monde du ballon rond helvétique.

Le sourire du caissier des Tigers risque toutefois de perdre un peu de son éclat dès que la Ville de Berne aura envoyé sa note pour le service d'ordre et de sécurité. La commune a déjà fait savoir que la facture pour l'engagement de plus de 300 personnes pour la sécurité se montera aux alentours de 50'000 francs.

«C'est une facture plus élevée que celle de la commune de Langnau pour garantir la sécurité à domicile durant la saison de hockey toute entière», observe avec regret Hans Grunder.

Beaucoup de soleil et pas de fondue

Le temps a contribué à rendre le rendez-vous de dimanche encore plus réussi – et encore plus surréaliste, compte tenu de la saison. La pluie tant redoutée n'est pas venue gâcher la fête; le ciel bleu et la température douce ont satisfait non seulement les spectateurs et les organisateurs, mais aussi les professionnels de la glace.

Selon Absorber System Technology, l'entreprise autrichienne qui s'est occupée de l'installation de la piste, seul un thermomètre indiquant plus de 20 degrés aurait pu compromettre la partie.

Les joueurs se sont également montrés satisfaits des conditions de la glace. Et le fait de jouer à ciel ouvert a été vécu comme un moment particulièrement apprécié. «C'est quelque chose de spécial. Contrairement à quelques patinoires suisses, il n'y a aucune odeur de fondue au fromage...», observait ironiquement le joueur de Berne Sébastien Bordeleau.

swissinfo, Luigi Jorio, Berne
(Traduction de l'italien: Olivier Pauchard)

En bref

Il y a 50 ans qu'on n'avait pas enregistré une affluence aussi forte pour un match de hockey sur glace en Europe.

En 1957, le Stade Lénine de Moscou avait accueilli la finale du Championnat du monde entre l'URSS et la Suède. Officiellement, on avait enregistré 65'000 spectateurs, mais les témoins parlent d'un chiffre bien plus important.

Au niveau mondial, le public le plus nombreux pour un match de hockey a été enregistré le 6 octobre 2001 aux Etats-Unis: 74'544 personnes ont assisté à une rencontre entre deux équipes universitaires du Michigan au Spartan Stadion, un stade de football américain.

Fin de l'infobox

Faits

Tigers Langnau – Berne: 2 à 5
Spectateurs: 30'076
Journalistes: 260
Budget de la manifestation: 500'000 francs
Recette: environ 1 million de francs
Frais pour l'ordre et la sécurité: 50'000 francs

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.