Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Le Corbusier à l'UNESCO


La Suisse a longtemps pris ses distances avec son architecte le plus célèbre


Par Ghania Adamo


Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier (1887-1966) (AFP)

Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier (1887-1966)

(AFP)

Après deux tentatives infructueuses, une sélection des oeuvres réalisées par Le Corbusier a finalement été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais pourquoi la Suisse a-t-elle eu autant de peine à reconnaître le génie de ce géant de l’architecture du 20e siècle? swissinfo.ch avait posé la question à quelques artistes helvétiques en 2012, à l’occasion du 125e anniversaire de sa naissance. 

Difficile d’échapper aux lunettes, un cliché il est vrai, mais qui signe l’identité du Corbusier, né en 1987 à La Chaux-de-Fonds sous le nom de Charles-Edouard Jeanneret. Sur le billet de 10 francs, on ne voit qu’elles. Frappé à l’effigie de l’architecte, il est un hommage que la Banque nationale suisse rend au fils du pays.

«Un magnifique hommage à 5 X 2 balles», ironise l'artiste chaux-de-fonnier Plonk, qui sait que la Suisse a mis longtemps avant d’apprécier le génie du plus grand artiste helvétique du XXe siècle. «Ici, c’est l’habitude, renchérit son camarade Replonk. La Suisse reconnaît ses artistes une fois qu’ils ont été officialisés à l’étranger».  

Même écho du côté de Nicolas Verdan. L’écrivain veveysan, auteur du roman «Saga, Le Corbusier» (éditions Campiche), confie: «La Suisse a tenu longtemps à distance son célèbre architecte, qui le lui a bien rendu. Cela se perçoit à travers ses mémoires et ses notes privées. Dans sa bouche, le mot  ‘Suisse’, par exemple, est souvent agrémenté de critiques ou de considérations désabusées. Son pays natal est synonyme d’échec pour lui. Et ses frustrations s’accentuent lorsqu’on lui refuse le projet du Palais des Nations à Genève».

Weissenhof Estate à Stuttgart, Allemagne. (Keystone)

Weissenhof Estate à Stuttgart, Allemagne.

(Keystone)

Pour autant, Le Corbusier ne lâchera pas la Suisse. Son attachement à ce pays ne passe pas forcément par ses réalisations, plus colossales à l’étranger (la ville de Chandigarh en Inde), moins grandioses en Suisse (l’Immeuble Clarté à Genève, la Maison Blanche à la Chaux-de-Fonds).

Non, son attachement à sa terre passe par sa mère, autre patrie qu’il revient voir régulièrement, «poussé par un besoin incoercible de lui montrer qu’il est le meilleur, digne en tout cas des commandes qu’on a pu lui faire dans le monde entier», raconte Nicolas Verdan.

Le Corbusier

Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, est né à La Chaux-de-Fonds en 1887. Après une formation de graveur-ciseleur à l'École d'Art de la ville, il bifurque vers l'architecture.

Il s'établit à Paris en 1917. Il y ouvre un atelier d'architecture.

En 1919, il crée la revue l’Esprit Nouveau.  

Dès 1920, le «purisme» est au cœur de son travail.

A partir de 1929, il axe son travail sur les problèmes de la concentration urbaine.

Quelques réalisations

1930-1932: Pavillon suisse de la cité universitaire de Paris

1946 à 1952: Cité radieuse de Marseille

1950: reconstruction de la Chapelle Notre-Dame du Haut à Ronchamp.

Années 50: conception de Chandigarh, nouvelle capitale du Pendjab, en Inde.

1960: Aménagement du front de mer d'Alger

Il meurt en 1965

à Roquebrune-Cap-Martin, sur la Côte d'Azur, où il s'était construit un cabanon.

swissinfo.ch



Liens

×