Migration en 2016 Recul de près d'un tiers des demandes d’asile en Suisse

Le principal pays de provenance des requérants d'asile en Suisse reste l'Erythrée, avec 5178 demandes.

Le principal pays de provenance des requérants d'asile en Suisse reste l'Erythrée, avec 5178 demandes.

(Keystone)

Alors que certains craignaient une explosion des arrivées, les demandes d’asile ont chuté de plus de 30% en Suisse l’an dernier. Cette diminution s’explique par la fermeture partielle des frontières sur la route des Balkans. En 2017, le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) prévoit environ 24'500 nouvelles demandes, contre 27'207 en 2016. 

Dans toute l'Union européenne, environ 1,3 million de demandes d'asile ont été enregistrées en 2016. Rapportée à l'UE, la part de celles déposées en Suisse a baissé, passant de 2,9% en 2015 à 2% l'année dernière.

Avec une proportion de 3,4 demandes pour 1000 habitants (4,9 en 2015), la Suisse se situe toujours au-dessus de la moyenne européenne qui s'établit à 2,5. L'Allemagne a reçu 9,8 requêtes pour 1000 habitants, la Grèce 5,1, l'Autriche 5, Malte 4,5, le Luxembourg 3,6 et la Hongrie 3,2.

Le principal pays de provenance des requérants d'asile en Suisse était l'Érythrée, avec 5178 demandes (4788 de moins que durant l'exercice précédent). Viennent ensuite l'Afghanistan (3229), la Syrie (2144), la Somalie (1581), le Sri Lanka (1373) et l'Irak (1312).

Le SEM table sur 24'500 demandes d’asile en 2017, mais leur nombre pourrait toutefois monter jusqu'à 32'000. Les principaux facteurs restent le volume et la composition des flux migratoires qui passent par la Méditerranée centrale, mais aussi le maintien ou non de l'accord conclu entre l'Union européenne et la Turquie.

swissinfo.ch/sj avec les agences et la RTS (Téléjournal du 23.01.2017)

×