Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«De l'espoir plein les bagages»

Le Musée suisse des douanes, une ancienne caserne de garde-frontières.

(swissinfo.ch)

A Cantine di Gandria, dans le Canton du Tessin, le Musée suisse des douanes rouvre ses portes ce dimanche.

Et propose à cette occasion une exposition spéciale dédiée au phénomène de l’immigration en Suisse.

«De l'espoir plein les bagages.» A lui seul, le nom de l'exposition est tout un programme. A l'image de ce petit musée unique en Suisse, longtemps surnommé «Musée des contrebandiers».

Sis à Cantine di Gandria, sur la rive sud du lac de Lugano, tout au bord de l'eau, on n’y accède qu’à pied ou en bateau.

Organisée par la Direction générale des douanes et le Musée national suisse, qui chapeaute le petit musée, l'exposition a un but bien précis.

«Elle doit amener le visiteur à réfléchir sur le phénomène de l’immigration, qui deviendra toujours plus important dans notre pays», estime Jakob Rutz, substitut du directeur général des douanes suisses. «L’immigration est aussi un défi pour les gardes-frontières et la douane.»

Deux millions de migrants ont choisi la Suisse

L'exposition retrace les différentes étapes de l'arrivée des émigrés en Suisse. Depuis 1945, deux millions d’entre eux environ ont choisi la Suisse comme nouvelle patrie. Ils s'y sont installés, y ont planté leurs racines, et beaucoup sont devenus citoyens helvétiques.

En quatre parties, «De l'espoir plein les bagages» s'interroge sur les motifs qui poussent les personnes à émigrer et souligne l'influence que les étrangers ont exercée sur notre culture.

Dans le jardin du musée, douze photos géantes accueillent le visiteur. Elles illustrent le vécu des immigré, la recherche de travail au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les fuites, les expulsions, les oppressions de toutes sortes.

A l'intérieur du bâtiment, dans le «labyrinthe», des panneaux décrivent en textes et en images, les raisons de l'exil, les questions que les migrants se posent avant de quitter leur terre.

La «salle de la tolérance» illustre la problématique vue du côté suisse: comment réagirait le citoyen suisse moyen si le maire de sa ville était Noir ou si le policier du quartier avait les yeux bridés?

La troisième partie de l'exposition se penche sur l'influence exercée par les étrangers sur la cuisine indigène.

Et la dernière invite le visiteur à se reposer sur des bancs disposés sur la terrasse du musée, de manière à ce qu’ils représentent symboliquement la proportion du flux migratoire par rapport à la population suisse.

20'000 visiteurs sont attendus

Le Musée suisse des douanes tient à ses expositions spéciales, organisées à intervalles réguliers. «C’est une tradition», souligne Jakob Rutz.

Lequel, dans la foulée, rappelle les thèmes des expositions précédentes: le refoulement des réfugiés juifs durant la Seconde Guerre mondiale (2000), le dédouanement des marchandises (1998) ou encore la Suisse et l'Union européenne (1992).

«Pour nous, cette exposition ne vise pas seulement à montrer le rapport des douaniers à l’immigration, mais d'y impliquer toute notre société.»

Cette saison comme les autres, le musée attend dans les 20’000 visiteurs. «Et nous sommes sûrs de réussir à les sensibiliser à cette problématique», conclut Jakob Rutz.

swissinfo, Gemma d'Urso à Cantine di Gandria

En bref

- Le Musée suisse des douanes de Cantine di Gandria est ouvert du 4 avril au 24 octobre 2004, tous les jours, de 13h30 à 17h. Il est accessible à pied ou par bateau (débarcadère de Lugano-Giardino). Entrée libre.

- Créé en 1935 sous l'égide du Musée national suisse, le Musée des douanes, longtemps surnommé «musée des contrebandiers» en raison du phénomène de la contrebande très répandu entre la Suisse et l'Italie, a été restauré en 1978 puis en 1994.

- Il est installé dans une ancienne caserne de gardes-frontières, au bord de la rive sud du lac de Lugano.

- L'exposition permanente du Musée comprend l'équipement habituel des douaniers et des contrebandiers au fil des ans. Elle illustre l'activité des faussaires, l'escroquerie, la falsification des marchandises ou les opérations de dédouanement.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.