Alain Clément, peintre rayonnant

Alain Clément, «N.Y., 1996», huile sur toile. Musée d'art et d'histoire, Neuchâtel

Le travail récent de cet artiste français est à voir à Neuchâtel. Son abstraction colorée est à placer dans la lignée d'un Matisse ou d'un Nicolas de Staël.

Ce contenu a été publié le 18 mars 2002 - 14:16

Le qualificatif de flamboyant s'applique à la peinture d'Alain Clément, artiste né en 1941 dans la région parisienne et qui a trouvé en descendant dans le Midi, travaillant d'abord à Montpellier, puis s'installant à Nîmes, une lumière appropriée.

Alain Clément se réclame aussi bien des minimalistes et des lyriques américains que d'un impressionniste tel que Monet. Mais le nom qui vient aux lèvres, lorsqu'on regarde ses huiles monumentales, est celui de Matisse.

L'exposition présentée au Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel, conçue en partenariat avec le Musée Fabre de Montpellier, s'attache à la production des cinq dernières années.

Couches et nuances multiples

Le vocabulaire se réduit aux traits, larges, qui se côtoient, se chevauchent, tissent le motif, toujours rigoureusement abstrait. La gestualité est tempérée par le souci très grand de la construction, qui fait que ces tableaux ressemblent à des architectures, très colorées.

La couleur est l'élément essentiel; toujours vive, sinon pure, elle naît de couches successives et comporte de multiples nuances. Le rouge et le jaune flamboient, le bleu, connu pour être plus froid, n'est pourtant pas en reste, même le noir apporte des accents proprement lumineux.

Quelques reliefs polychromes rappellent qu'Alain Clément est également sculpteur, même si cet aspect de son travail n'est guère mis en avant ici. Sculpteur ou peintre, Alain Clément produit une œuvre décorative et jouissive.

swissinfo/Laurence Chauvy

Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel (tél. 032/717 79 20). Jusqu'au 12 mai.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article