Breguet couronné à Versailles

La montre Breguet "tourbillon". (swissinfo/SRI) La montre Breguet "tourbillon". (swissinfo/SRI)

Le Neuchâtelois Abraham-Louis Breguet a révolutionné l'horlogerie. 200 ans après, il est célébré au Château de Versailles. Rappel historique.

Ce contenu a été publié le 27 mai 2002 - 21:51

Le 7 Messidor de l'an IX du calendrier révolutionnaire, soit il y a deux siècles, le ministre français de l'intérieur accorde un brevet d'invention à Abraham-Louis Breguet pour son «tourbillon».

Né à Neuchâtel en 1747, établi en France depuis l'âge de 15 ans, cet horloger de génie n'en est alors pas à son coup d'essai. En effet, à l'époque, on lui doit déjà la montre à remontage automatique et la montre extra-plate.

Plus tard, Breguet - qui est également l'aïeul du pionnier de l'aviation Louis Breguet - fabriquera la première montre-bracelet et les premiers chronomètres approchant la précision au centième de seconde.

Enseigne de prestige s'il en est, la marque Breguet est alors celle adoptée par la reine Marie-Antoinette. Et d'autres suivront, tels Napoléon Bonaparte, Talleyrand, la reine Victoria, Winston Churchill ou Arthur Rubinstein.

Ses montres sont également célébrées en littérature. Notamment par Stendhal, Balzac, Hugo ou Mérimée.

Echec à la pesanteur

A l'époque où Abraham-Louis Breguet invente son fameux tourbillon, les montres se portent dans la poche. Or, l'effet de la pesanteur terrestre finit par arrêter le mouvement au bout d'un certain temps.

L'idée de génie consiste à monter l'échappement dans une cage tournante, afin de contrecarrer cette force naturelle. Mécanisme majeur de la belle horlogerie, le tourbillon de Breguet équipe, aujourd'hui encore, de très nombreuses pièces de luxe.

Dans le giron de Swatch Group

Malgré son immense prestige, la marque Breguet - désormais installée à la Vallée de Joux - a eu ces dernières années une certaine tendance à s'endormir sur ses lauriers.

Les choses changent radicalement avec sa reprise par Swatch en 1999. Après Blancpain et Omega, le groupe biennois ajoute ainsi une nouvelle enseigne de luxe à sa palette de marques.

C'est Nicolas Hayek en personne qui dirige depuis lors les affaires de Breguet. Sous son impulsion, de gros investissements sont consentis pour la modernisation de la fabrique et pour le marketing du nom Breguet.

Selon les termes mêmes du patron de Swatch Group, Breguet dispose, pour la première fois de son existence, de solides moyens pour perpétuer son histoire et sa tradition. Et pour développer une vision beaucoup plus contemporaine.

La marque des rois et des princes

C'est dans ce contexte que s'inscrit l'événement mondain célébré lundi soir à Versailles, près de Paris.

600 invités du monde des arts, de la politique et des affaires. Les grandes eaux et les feux d'artifice. Un concert de tourbillon sur des airs de Mozart et un dîner d'apparat.

Il n'en fallait pas moins pour redonner son faste à une marque qui fut celle des rois et des princes.

swissinfo/Eric Othenin-Girard à Versailles, avec Robert Brookes

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article