Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La langue, fil rouge du Festival de Lucerne

Cécilia Bartoli était déjà la grande star du Festival de Lucerne de Pâques 2006.

(Keystone)

De la tradition des Lieder allemands aux compositions lyriques contemporaines, le thème de la langue est au cœur de l'édition 2006 du Festival de Lucerne.

Mozart occupera aussi une place importante au programme de ce festival de musique classique, qui se tient du 10 août au 17 septembre.

Année Mozart oblige, des arias du génial autrichien dans l'interprétation de Cécilia Bartoli ouvriront le festival. Le Lucerne Festival Orchestra, placé depuis 2003 sous la direction de Claudio Abbado, donnera la répartie à la mezzo-soprano puis jouera la 6e symphonie de Mahler.

Il y aura du Mahler aussi pour terminer le 17 septembre, avec la monumentale 8e symphonie qui constitue un des points forts du cycle dédié à la «langue» en musique. Le San Francisco Symphony Orchestra dirigé par Michael Tilson Thomas accompagnera un dispositif impressionnant de chœurs et chanteurs.

Une palette variée

Entre Mozart et Mahler, la palette illustrant les rapports du texte à la musique sera vaste et variée. Elle comprendra des œuvres clés comme le «Falstaff» de Verdi, le «Don Juan» de Richard Strauss, le «Berliner Requiem» de Weill, l'«Histoire du soldat» de Stravinsky, les «Gurre-Lieder» et «Ein Überlebender aus Warschau» de Schönberg ou encore la symphonie «Kaddhish» de Bernstein.

La traditionnelle coproduction avec le Luzerner Theater sera consacrée à «L'Opéra de quat'sous» de Brecht/Weill, dont les chansons engagées ne manqueront pas non plus au programme, aux côtés de «hits» des années 1920.

De la riche tradition des Lieder allemands aux compositions lyriques contemporaines, le thème de la «langue» traverse le festival comme un fil rouge.

Il touche aussi le Lucerne Festival Academy qui, sous la direction de Pierre Boulez, travaillera pour la première fois avec des chanteurs, de même que les deux compositeurs «en résidence» HK Gruber et Matthias Pintscher. Au total, huit créations mondiales sont agendées.

Des artistes étoiles

Le festival consacre aussi tout un cycle à Mozart. Anne-Sophie Mutter jouera notamment l'intégrale des sonates pour violon et piano dans un concert qui fêtera en même temps le début de sa carrière, il y a tout juste trente ans. La messe en do mineur, le requiem et les trois dernières symphonies figurent également à l'affiche.

Les artistes étoiles de cette édition seront le flûtiste franco-suisse Emmanuel Pahud et le pianiste András Schiff. Il y aura sept orchestres en résidence, la musique symphonique constituant le pilier principal du festival, avec 31 concerts.

Un festival de musique de rue, des concerts «late-night», un espace pour les enfants, des expositions, des entretiens avec des musiciens et des séminaires complètent le programme.

swissinfo et les agences

En bref

Le Festival de Lucerne a été fondé en 1938 par Arturo Toscanini, qui dirigea le «concert de Gala» inaugural devant la Villa Tribschen, qui fut la maison de Richard Wagner.

Par la suite, le festival s'est développé et est devenu l'un des rendez-vous classiques les plus importants au monde.

Il est aujourd'hui divisé en trois parties qui ont lieu à des saisons différentes: Pâques (depuis 1988), Eté (depuis 1938) et Piano (en automne, depuis 1998).

Fin de l'infobox

Faits

La période «Eté» du Festival de Lucerne se tient du 10 août au 17 septembre 2006.
La musique symphonique constitue le pilier principal du Festival de Lucerne.
16 symphonies sont au programme, dont 7 orchestres en résidence.
Au total, 31 concerts symphoniques sont à l'affiche.

Fin de l'infobox


Liens

×