De Anker à Tinguely, de Paris à Payerne

L'une des fabuleuses machines de Jean Tinguely au musée payernois (photo exposition de Payerne). swissinfo.ch

161 oeuvres de 60 peintres et sculpteurs suisses ayant travaillé à Paris sont exposées dans l'Abbatiale et le Musée de Payerne.

Ce contenu a été publié le 09 mai 2002 - 08:37

A l'entrée du Musée payernois: la «Fillette lisant avec petit enfant» du peintre Albert Anker. Toile sur huile qui fait l'objet de l'affiche de l'exposition intitulée «De Anker à Tinguely, les Suisses à Paris».

Le plus helvétique des peintres

Albert Anker est certainement l'artiste le plus suisse. Sa peinture reflète typiquement l'esprit helvétique. Et pourtant, peu de monde sait que le peintre a travaillé durant plus de trente ans à Paris.

«Même pour décrire des paysans suisses lisant la Bible, s'émerveille Jean-Pierre Jornod, le commissaire de l'exposition payernoise, Albert Anker tire sa force créative de la Ville Lumière».

«C'est peut-être l'artiste qui a su le mieux peindre le début et la fin de l'existence humaine», commente Jean-Pierre Jornod. Anker ne s'est pas attardé sur l'adulte, mais a peint avec justesse l'innocence dans le regard de l'enfant et la sérénité, l'acceptation du vieillard».

Mais pour Jean-Pierre Jornod, le Musée de Payerne expose l'un des plus beaux Cuno Amiet qui soit: «Fillette dans la neige» (1899). Le commissaire et critique d'art y perçoit une tendre émotion et une qualité picturale tout à fait exceptionnelle».

Les folles machines de Tinguely

Autre univers, autre artiste: la série de sculptures sur les philosophes de Jean Tinguely. Celle de «Jean-Jacques Rousseau» est ainsi coiffée de plumes d'Indiens. Et à l'image de l'esprit de l'écrivain genevois - une fois en bas, une fois en haut -, la sorte de balancier de Tinguely se baisse et se relève... C'est là toute la dérision de l'artiste fribourgeois.

«Mes enfants adorent les œuvres de Tinguely, note Jean-Pierre Jornod, car ses sculptures sont ludiques et rigolotes. Surtout lorsqu'elles sont projetées en ombres chinoises dans l'Abbatiale de Payerne».

Artistes suisses du 20e siècle

On notera aussi les sculptures de James Vibert, plus particulièrement «La Terre» et «Le Passé» (1918). Précurseur du mouvement symboliste sculptural en Suisse, l'artiste carougeois s'interroge sur le sens de la vie au travers de ses corps entrelacés ou plaqués ocres contre la roche.

Le tableau «Le génie de la conviction» (1943) du Bâlois Kurt Seligmann plonge, lui, dans le surréalisme par ses compositions fantasmagoriques. Ses membres flottants ouvrent une porte sur l'inconscient et ses symboles, dans des teintes enflammées de vert, jaune et orangé.

161 œuvres retracent ainsi un 20e siècle d'art helvétique consacré par Paris. Leurs soixante auteurs vont d'Alice Bailly à Sophie Taeber-Arp, de Marius Borgeaud à Félix Valloton, d'Alberto Giacometti à Théophile Steinlen. Vaste choix pour une richesse et une diversité artistique sans précédent.

swissinfo/Emmanuel Manzi

Du 5 mai au 3 novembre 2002

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article