Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des sans-papiers s'installent dans une église de Fribourg

Une vingtaine de sans-papiers occupe depuis lundi l'église Saint-Paul, à Fribourg. Par cet «acte de résistance», ils entendent obtenir la régularisation collective de leurs pairs ainsi que des conditions de travail décentes pour tous.

Une centaine de personnes a commencé à 14 h 00 l'occupation de l'église. Les locaux paroissiaux dans lesquels le noyau dur d'une vingtaine de personnes voulait s'installer étant fermés à clé, les sans-papiers ont afflué dans les lieux de culte.

Soleil radieux, nombreux petits enfants gambadant et musique ont donné à la manifestation des airs de pique-nique familial. Une certaine tension était néanmoins perceptible chez les organisateurs qui attendaient soit le feu vert de l'évêché pour se tenir dans l'église ou celui de la paroisse pour occuper les locaux du sous-sol.

Les négociations entre occupants, paroisse et police ont été rondement menées sous la houlette du préfet de la Sarine Nicolas Deiss. Le président de paroisse Etienne Gruber a provisoirement donné son feu vert, à condition que les occupants assurent l'ordre et la sécurité des locaux.

D'entente avec les organisateurs, il a été prévu de revoir la situation dans deux jours, a indiqué la police. La vingtaine de sans-papiers, composés essentiellement de familles avec enfants, est décidée, pour sa part, à occuper durablement les lieux.

Pas moins de dix nationalités sont représentées parmi eux. Il y a aussi bien des travailleurs saisonniers en situation irrégulière, des travailleurs immigrés clandestins que des personnes à qui l'asile a été refusé.

Les occupants ont reçu le soutien de l'abbé Cornélius Koch, pionnier de ce type d'action. Selon lui, c'est la dixième occupation d'église en Suisse. «Il n'y a jamais eu de problèmes avec les autorités; un arrangement a toujours été trouvé». Il s'en est en revanche pris vertement à la politique du Conseil fédéral, «véritable génuflexion» devant les milieux de l'extrême droite.

Le député socialiste au Grand Conseil fribourgeois Bernard Bavaud a stigmatisé l' «incohérence» et l' «injustice» de la politique officielle. Selon lui, cette dernière consiste à renvoyer des personnes bien intégrées et à fermer les yeux lorsque des producteurs de tabac disent ouvertement qu'ils vont faire venir 500 clandestins polonais.

Les occupants ont également reçu l'appui de collectif de sans-papiers de Zurich et de Bâle. Des représentants du collectif de Bellevaux étaient également présents. L'église lausannoise est occupée en permanence depuis 40 jours. Ce mouvement a décidé d'occuper l'église jusqu'à la régularisation de la situation de 157 ressortissants kosovars arrivés en Suisse avant 1997.

swissinfo avec les agences

×