Navigation

La mosquée qui bouscule les préjugés

Des hommes et des femmes qui prient ensemble, sous la direction d’une femme, qui ne porte pas de voile: il n’en faut pas plus pour faire de cette mosquée de Berlin, installée dans les locaux d’une église protestante, une incongruité pour certains musulmans et même une dérive à condamner fermement pour les fondamentalistes.

Ce contenu a été publié le 26 juin 2017 - 09:00
swissinfo.ch avec la RTS (téléjournal du 24 juin 2017)

Elle se veut progressiste et entend donner une autre image de l’islam. Fondée par une avocate germano-turque, elle accueille aussi une figure bien connue de l’islam progressiste en Suisse: Elham Manea, politologue à l’Université de Zurich et écrivaine, qui a déjà conduit des prières mixtes à Bâle et à Berne, et qui espère qu’un tel lieu puisse un jour exister en Suisse. Car, dit-elle, «la religion devrait être une relation spirituelle entre Dieu et l’individu. Elle n’a pas vocation à incarner un pouvoir ou une idéologie politique. Nous devons retrouver cette spiritualité au sein de notre religion. Car elle est là».

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.