L'aide au développement recentre ses terrains d'action

Ce point d'eau en Moldavie a été créé avec l'aide de la DDC. Keystone

Pour plus d'efficacité, la Direction du développement et de la coopération (DDC) annonce une réduction de 17 à 14 du nombre de ses pays d'action prioritaires.

Ce contenu a été publié le 18 janvier 2007 - 14:38

En 2007, l'agence gouvernementale va notamment s'engager en faveur des crédits à taux d'intérêt faible pour les pays pauvres.

Avec un budget quasi inchangé par rapport à 2006 de 1,3 milliard de francs, la DDC a pour obligation de concentrer les ressources disponibles pour un impact optimal. C'est en substance ce qu'a déclaré jeudi son directeur, Walter Fust, au siège de l'agence de coopération de la Confédération, à Berne.

«Au Soudan par exemple, nous devons faire preuve d'une certaine flexibilité en fonction du budget existant», a-t-il expliqué à swissinfo. «Chaque année, nous examinons en détail tous les projets. Lorsque l'un d'eux s'éloigne des objectifs préfixés et que nous ne réussissons pas à corriger le tir, nous devons l'interrompre.»

D'ici 2010, la DDC réduira le nombre de ses pays du Sud dits 'prioritaires'. Ils passeront de 17 à 14. Actuellement, la coopération suisse couvre sept pays d'Afrique, quatre d'Amérique latine et six en Asie. Elle entend se retirer de l'Equateur et réduire ses programmes au Bhoutan et en Inde, a indiqué Walter Fust.

Thèmes prioritaires

La Suisse poursuivra par contre ses programmes spéciaux dans huit régions de crise, notamment en Palestine, en Afrique australe, et dans la région des Grands Lacs africains.

Dans un esprit de transparence, le patron de la DDC a précisé que 65% à 75% de l'aide bilatérale (soit 532 millions de francs au budget de 2007) allait directement aux pays 'prioritaires'. La coopération suisse délimitera également ses activités à douze thèmes où elle fait preuve de solides compétences.

Elle continuera de s'investir dans la santé, l'éducation, l'eau, l'environnement ou encore la bonne gouvernance et attribuera une priorité aux questions de la place des femmes dans le développement.

Mise en œuvre du 'milliard'

Concernant l'Europe de l'Est, les programmes de la DDC en Roumanie et en Bulgarie, membres de l'UE depuis le 1er janvier, se termineront d'ici fin 2007.

Il s'agira par contre pour la DDC de mettre en œuvre la nouvelle loi sur l'aide à l'Est, soit le fameux 'milliard' en faveur des dix nouveaux membres de l'UE (Roumanie et Bulgarie non comprises) sur les dix prochaines années.

Walter Fust a répété que les crédits-cadre n'avaient pas encore été arrêtés par le parlement et le Conseil fédéral. Il espère que ce sera chose faite d'ici juin prochain. Quant aux programmes, ils devraient débuter dans la seconde moitié de 2007.

Pour rappel, la DDC et le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) doivent chacun prendre à leur charge 300 millions de francs sans que cette somme n'entame l'aide aux pays du Sud.

Réformer les méthodes de l'ONU

De manière plus générale, la DDC va baser ses activités sur le cadre décidé en mai 2006 par le Conseil fédéral.

Ce plan prévoit une action pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (ODM), dont la réduction de moitié d'ici à 2015 de la pauvreté dans le monde.

Il fixe également comme priorité la gestion des situations liées aux bouleversements climatiques Selon la DDC en effet, les pays en développement subissent de plein fouet les conséquences des changements climatiques.

Cette année enfin, la DDC s'impliquera dans la réforme du système des Nations unies qui vise à simplifier les structures de l'ONU dans le développement. La Suisse participe à des projets pilote au Vietnam et au Pakistan.

Sur la question des crédits à faible taux d'intérêt pour les pays pauvres, la DDC et le Seco prendront part ce printemps à des négociations. Ces discussions doivent permettre de reconstituer le capital de l'Association internationale de développement de la Banque mondiale (AID) et du Fonds africain de développement (FAD).

swissinfo et les agences

Faits

Les pays prioritaires actuels de la DDC sont:
Bénin
Burkina Faso
Mali
Niger
Tchad
Mozambique
Tanzanie
Bolivie
Equateur
Pérou
Nicaragua / Amérique centrale
Bangladesh
Bhoutan
Inde
Népal
Pakistan
Vietnam / Mékong

End of insertion

Chiffres

La Direction du développement et de la coopération (DDC) devrait disposer cette année d'un budget de 1,3 milliard de francs. Un chiffre équivalent à celui des dernières années.

La DDC emploie environ 500 personnes à Berne et à l'étranger et 1150 collaborateurs locaux.

La Suisse consacre 0,4% de son produit national brut au développement, bien en dessous des 0,7% préconisés par l'ONU.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article