L'Escalade sur les ailes du temps

Des citoyens genevois commémorent le 400ème anniversaire de l'Escalade. compagniede1602.ch

Pour marquer le 400e anniversaire de l'Escalade, Genève commémore exceptionnellement son événement historique depuis le 1er juin jusqu'en décembre.

Ce contenu a été publié le 12 août 2002 - 21:00

Le spectacle «Sur les ailes du temps» marque le point culminant des célébrations de l'Escalade.

Cet immense spectacle se donne du 14 au 23 août, dès 21h30, au parc des Bastions de Genève, face au fameux mur symbolique de la Réformation, qui tient lieu de décor principal. Il est interprété par la Compagnie 1602.

C'est, en effet, la bataille de l'Escalade dans la nuit du samedi 11 décembre 1602 qui est le centre de la fresque. Mais aussi la montée du calvinisme à Genève jusqu'au traité de St-Julien garantissant l'indépendance de la cité.

Il s'agit d'une création originale sons et lumières. 300 figurants, dont 25 rôles principaux, en costumes d'époque et sur des chevaux, miment les scènes, alors que l'histoire est racontée par une bande-son, de la musique classique, deux projecteurs d'images et un jeu de lumières.

Indépendance genevoise

Patrick Meyer, responsable des relations publiques du comité d'organisation des festivités de l'Escalade commente: «L'Escalade a permis aux Genevois de sauver leur indépendance».

«Cet événement historique a aussi permis aux habitants de Genève de se rapprocher des autres confédérés helvétiques, puis d'installer une forme de paix avec la France-voisine».

«Dans les jours qui suivirent la bataille de l'Escalade, le peuple genevois a célébré d'abord religieusement, puis de manière plus festive la délivrance, jusqu'en 1605.

L'influence de Calvin

Mais à partir de cette année-là, les démonstrations de joies laïques font l'objet d'une forte opposition de la part de la Compagnie des pasteurs. Genève est sous l'influence grandissante du calvinisme.

Ce n'est qu'à la fin du 19e siècle que l'on revoit des Genevois célébrer de façon festive l'Escalade. Depuis 1923, l'Escalade est fêtée tous les ans, grâce à une association devenue La Compagnie 1602.

Vision savoyarde

Le spectacle est tiré d'un texte écrit par le Savoyard Jean-Pierre Spilmont. La mise en scène est assurée par un autre Savoyard d'origine italienne, Jean-Pierre Anchisi.

«C'est sans doute l'une des premières fois, précise Patrick Meyer, que l'Escalade adopte une vision savoyarde de l'Escalade».

Machine volante

Elément central du décor: une machine volante, fortement inspirée de celle de Léonard de Vinci. Ce sont d'ailleurs ses ailes qui ont donné le nom au spectacle.

Et à chacun de ses battements d'aile, le spectacle passera d'un épisode à l'autre. Il y a cinq actes et 15 tableaux.

Il est à noter qu'il est également possible de suivre «Sur les Ailes du temps» en anglais (casques). «Car Genève, précise Patrick Meyer, tient à promouvoir ses valeurs d'accueil et d'intégration».

swissinfo/Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article