Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'optimisme footballistique s'installe à Genève

(Keystone)

Genève semblait réticente face à l'Euro 2008... mais depuis le tirage au sort final, plutôt favorable pour la Suisse (Turquie, Portugal et Tchéquie), l'optimisme s'installe.

A moins de 6 mois du coup d'envoi, swissinfo a pris la température de la ville, l'une des quatre cités organisatrices en Suisse avec Berne, Bâle et Zurich.

«Le tirage au sort est presque idéal pour nous», déclare Marc Muller, membre de l'Exécutif genevois, responsable de l'organisation de l'Euro 2008 dans sa ville. «Le groupe est très équilibré et la Suisse a de réelles chances. Et puis les Portugais, qui constituent la plus grande communauté étrangère à Genève, vont mettre l'ambiance, tout comme les Turcs qui soutiennent toujours activement leur équipe».

Avec une communauté forte de 30.000 personnes à Genève, les Portugais vont certainement avoir l'impression de jouer à domicile au Stade de Genève. On attend aussi une déferlante de supporters turcs venant de Bâle, de France voisine et d'Allemagne. «Ce sont des équipes au sang chaud et malgré la tension et l'enjeu des rencontres, je suis convaincu qu'elle se dérouleront dans un état d'esprit très sportif», commente Marc Muller.

Changer d'optique

En matière de sécurité, le tirage au sort a évité à Genève les problèmes qu'on peut craindre avec la venue de nations telles que l'Allemagne ou les Pays-Bas. Quant à l'Angleterre, elle a échoué lors des qualifications.

Jusqu'à maintenant en effet, la préoccupation principale concernant l'Euro 2008 n'était pas encore le football, mais plutôt la sécurité, les nuisances sonores et les coûts pour le contribuable.

Il y a quelques jours, le quotidien genevois Le Temps, écrivait dans ses colonnes que le tirage au sort avait enfin donné un visage concret à l'Euro 2008. «Maintenant que le géant a pris un visage, on pourrait cesser d'en avoir peur et, pourquoi pas, tenter de le faire sourire», pouvait-on lire.

«En tant que ville internationale, nous devrions avoir un certain sens de l'ouverture, être capable de nous amuser et apprendre à connaître d'autres cultures», relève de son côté une citoyenne genevoise, Johanna Medellin.

Préparatifs d'avant-match

Les organisateurs genevois sont confiants, les préparatifs sont lancés. «Nous sommes la ville la plus avancée», affirme Marc Muller à swissinfo. Toutefois, à part quelques affiches à la Gare de Genève, il n'y a que peu de signes indiquant que le troisième plus gros événement sportif au monde, après la Coupe du Monde et les Jeux Olympiques, sera organisé ici l'année prochaine...

«C'est normal, en Suisse il faut du temps pour se passionner», explique Frédéric Hohl, l'un des organisateurs, qui estime à 1 million le nombre de personnes susceptibles de voir les matches en ville durant le mois de compétition.

Les 30.000 places du Stade de Genève sont déjà presque toutes vendues. Et si l'emploi des écrans de télévision dans les bars sera strictement réglementé, les gens pourront se regrouper dans deux 'fan zones' munies d'écrans géants, l'une Plainpalais, au centre ville (100.000 places) et l'autre au Centre sportif du Bout-du-Monde (30.000 places). Des concerts et moult festivités sont aussi prévus sur ces sites.

Uniquement pour l'argent!

L'idée d'être envahi par une horde de supporters bruyants durant trois semaines, avec des décibels musicaux en pagaille, et la perspective d'éventuels dommages aux voitures et aux propriétés, a alarmé bon nombre de riverains.

«C'est inacceptable, pourquoi tout cela ne se passe-t-il pas ailleurs?» s'insurge un habitant de Plainpalais. «C'est uniquement pour l'argent», se plaint Jacqueline Dabbagh, 78 ans. «Les autorités seront contentes parce que les gens s'occuperont uniquement de football et ne penseront plus à autre chose.»

Toutefois la plupart des commerces locaux se frottent déjà les mains. «Durant la Coupe du Monde 2006, un écran géant avait été installé. Quatre personnes ne suffisaient pas à servir les bières assez rapidement!» se souvient Walid Panschiri, gréant d'un petit commerce à Plainpalais.

En matière de consommation, un regret toutefois: «Quel dommage que les Anglais ne se soient pas qualifiés. C'est certain, leurs supporters sont turbulents, mais ce sont nos meilleurs clients», explique un chauffeur de taxi genevois.

swissinfo, Simon Bradley
(Traduction et adaptation de l'anglais: Philippe Varrin)

Faits

Selon un sondage 2006, la communauté portugaise (174.000) est la troisième plus grande communauté étrangère en Suisse, derrière l'Italie et la Serbie.
Il y a environ 74.000 Turcs d'origine en Suisse (cinquième communauté étrangère en nombre), principalement installés à Bâle.

Fin de l'infobox

Euro 2008

La Suisse et l'Autriche, coorganisateurs de la phase finale qui aura lieu du 7 au 29 juin 2008, sont automatiquement qualifiés.

Les 31 matches se disputeront dans 4 villes suisses (Bâle, Berne, Genève et Zurich) et 4 villes autrichiennes (Innsbruck, Klagenfurt, Salzburg et Vienne). La finale aura lieu à Vienne le 29 juin. La Suisse jouera ses matches de qualifications à Bâle.

L'UEFA, l'association européenne de football, à reçu à ce jour 8 millions de demandes pour un total de 1.05 million de billets vendus.

Matches de l'Euro 2008 joués à Genève: 7 juin, Portugal – Turquie (18h45) ; 11 juin République Tchèque – Portugal (16h00) ; 15 juin, Turquie – République tchèque (18h45).

Selon le quotidien Le Matin Bleu, les détenteurs de billets pour les matches de Genève auront peu de chances de trouver une chambre d'hôtel. Genève compte 9200 chambres, dont la plupart sont déjà louées par l'Organisation Mondiale du Travail qui organise son congrès annuel du 30 mai au 15 juin prochain.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×