La fin du rêve pour la Suisse

Après une partie très disputée, les Suisses ont finalement dû s'incliner. Keystone

C'est fini! La Suisse est éliminée de la Coupe du monde. A Cologne, la Nati s'est inclinée aux tirs au but devant l'Ukraine en huitièmes de finale.

Ce contenu a été publié le 26 juin 2006 - 23:45

La dernière fois que la Suisse a passé le stade des huitièmes de finale d'un Mondial, c'était en 1954, en Suisse.

Un match tendu, crispé par l'enjeu, lundi sur la pelouse du Rhein-Energie Stadion de Cologne. Un match où tout s'est finalement joué lors de la séance de tirs aux buts.

Pouvait-il en être autrement entre deux équipes très compactes, plus soucieuses de fermer les espaces et de ne pas encaisser de buts plutôt que d'en marquer?

Mis à part deux actions sur coups de pied arrêtés en première mi-temps (tête de Shevchenko sur la transversale et tentative de Frei également sur la barre), le reste n'a été que remplissage.

Déçus, les spectateurs neutres ont d'ailleurs sifflé les deux équipes à l'issue du temps réglementaire. Et ils n'ont pas obtenu davantage d'actions palpitantes durant les prolongations.

Tout s'est logiquement conclu lors des tirs au but. Une épreuve qui a bien commencé pour la Suisse, puisque Zuberbühler a réussi à arrêter le premier tir ukrainien, frappé par Shevchenko. Et puis, tour à tour, Streller, Barnetta et Cabanas ont raté leur tir devant le gardien du Dynamo Kiev, Shovkovskyi.

Victorieuse 3 tirs au but à 0, l'Ukraine disputera donc le quart de finale (le premier de son histoire) contre l'Italie, qualifiée de justesse lundi. Cette dernière s'est imposée 1-0 face à l'Australie grâce à un tir au but marqué dans les dernières secondes des arrêts de jeu.

Aucun but encaissé...

«Ça fait très mal. On s'est battu comme des lions, je pense qu'on ne méritait pas ça», déclarait le défenseur suisse Ludovic Magnin, à l'issue de la rencontre.

«On était là pour gagner, mais il faut aussi accepter de perdre. La victoire ne peut pas toujours être de notre côté», commentait, plus philosophe, le sélectionneur suisse Köbi Kuhn.

Avant d'ajouter: «On ne joue pas un football défensif, mais le fait est que nous n'avons pas encaissé de but durant tout le tournoi. Bien sûr, en ce moment, cela ne nous aide pas vraiment...»

Lundi à Cologne, la Suisse a disputé son troisième huitième de finale d'un Mondial de l'après-guerre.

Elle avait gagné le premier 4-1 contre l'Italie, en 1954, à Bâle. 40 ans plus tard, elle avait perdu le deuxième 3-0 devant l'Espagne, en 1994, à Washington. Avant de s'incliner à nouveau...en Allemagne.

swissinfo

Faits

En huitième de finale, la Suisse a perdu 0-1 face à l'Ukraine, qui l'a emporté aux tirs au but.
Cette année, en Allemagne, la Suisse participait à sa huitième phase finale de Coupe du Monde de football.
L'Ukraine, elle, fête sa première participation au tournoi mondial.

End of insertion

En bref

- La Suisse a disputé, lundi soir contre l'Ukraine, son troisième huitième de finale d'un Mondial de l'après-guerre.

- Elle avait gagné le premier 4-1 contre l'Italie le 23 juin 1954 à Bâle avant de perdre le deuxième 3-0 devant l'Espagne le 2 juillet 1994 à Washington.

- Les Suisses ont enregistré leurs meilleurs résultats lors des éditions de 1934, 1938 et 1954 en se hissant, à chaque fois, jusqu'en quarts de finale de la compétition.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article