Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse entame l'année de l'Euro par une défaite

(Keystone)

2 à 1, le score est logique pour ce match amical dominé par les Anglais. La Suisse en sort toutefois avec deux consolations: elle s'est trouvé un gardien et elle a lancé un attaquant.

Quasiment irréprochable, le portier Diego Benaglio a amplement mérité la confiance placée en lui, alors que le tout jeune Eren Derdiyok a marqué le seul but suisse, pour sa première sélection et sur sa première action dangereuse.

Plutôt bonne en défense, mais avec des lacunes au milieu et en attaque, la Suisse s'est logiquement inclinée face à cette équipe d'Angleterre, dirigée pour la première fois par Fabio Capello.

Et sans les prouesses de Diego Benaglio, l'addition aurait pu être beaucoup plus lourde. La performance du nouveau gardien est une des deux satisfactions que peut retirer l'entraîneur Köbi Kuhn de cette rencontre.

«Cela a été quelque chose de spécial a déclaré le portier de Wolfsburg (Allemagne) à l'issue de la rencontre. Jouer ici à Wembley constitue une expérience particulière. Nous avons perdu contre un bon adversaire, l'Angleterre ce n'est pas n'importe qui».

Excellent gardien

Si Benaglio ne veut pas parler de sa prestation («ce n'est pas à moi de juger»), Thierry Barnerat, responsable de la formation des futurs entraîneurs de gardiens auprès de l'Association suisse de football, lui accorde, dans le quotidien Le Matin, une note globale de 8 sur 10.

«Son match a été très bon, excellent même. Six interventions déterminantes, c'est beaucoup. Sans lui, on pouvait en prendre cinq ou six», juge ce spectateur privilégié.

A l'instar de l'ensemble de la presse, Thierry Barnerat estime que Benaglio ne pouvait rien faire sur les deux buts qu'il a encaissés. Il voit en lui un gardien «plus fort que ses concurrents, par son calme et sa sérénité» et également «très tonique et plus fort techniquement que Zuberbühler».

«La Suisse aura peut-être des problèmes lors de son Euro, mais ce ne seront en tout cas pas des problèmes de gardien», conclut l'expert-portier.

Naissance d'un attaquant

La seconde satisfaction de Köbi Kuhn, c'est bien sûr le culot démontré par Eren Derdiyok pour sa première sélection. Entré à la pause, l'attaquant du FC Bâle a égalisé à la 58e, pratiquement sur le premier ballon qu'il a touché, concluant avec un sang-froid exceptionnel une action lumineuse de ses coéquipiers.

Avec cette réussite, ce jeune homme de 19 ans, détenteur des deux passeports suisse et turc, a peut-être bousculé la hiérarchie des attaquants.

Sa mi-temps à Wembley ne fait-elle pas de lui le No 3 des attaquants derrière Frei et Streller, tous deux absents à Londres ?

Encore des lacunes

Mais ce match a aussi révélé les lacunes de l'équipe de Suisse. Elle manque de coffre et, surtout, elle est trop vulnérable sur son flanc droit. Lichtsteiner et Behrami ne furent pas à leur avantage sur les deux buts anglais. Gygax et Vonlanthen n'ont pas apporté grand chose sur le plan offensif. Offrir un flanc droit aussi «léger» ne pardonnera pas à l'Euro.

Et même si la Suisse possède désormais un «vrai» gardien, elle est toujours incapable de produire du jeu face à des grandes équipes.

Ainsi, avec trois «poids morts» - Gygax, Yakin et Nkufo -, l'équipe a été bien timorée en attaque. Malgré les intentions de Barnetta et le labeur du duo Fernandes/Inler, son jeu offensif est resté trop pauvre.

A l'Euro, la barre sera placée plus haut

«On ne peut pas être content après une défaite, déclarait Köbi Kuhn après le coup de sifflet final. Mais mon équipe a démontré du caractère. Elle n'a jamais renoncé. Nous avons affronté un adversaire en quête de rachat. Ce match doit nous servir. A l'Euro, la barre sera encore placée plus haut.»

Sur le plan individuel, l'entraîneur a tenu à relever l'excellente partie de Benaglio. Quant à Derdiyok, «c'est fantastique de marquer dans ce 'temple' de Wembley. J'ai espéré que ce but nous assure le nul. Mais Eren a justifié sa sélection. Il est désormais un candidat pour l'Euro», a ajouté Köbi Kuhn.

swissinfo et les agences

Faits

Angleterre-Suisse 2:1 (0-1)
Buts: Jermaine Jenas (40.), Eren Derdiyok (59.), Sean Wright-Phillips (62.)
Stade de Wembley, Londres, 86'857 spectateurs

Fin de l'infobox

Les équipes

Suisse: Benaglio; Lichtsteiner (46. Behrami), Eggimann, Senderos (55. Grichting), Spycher; Fernandes (84. Huggel), Inler; Gygax (46. Vonlanthen), Yakin (64. Margairaz), Barnetta; Nkufo (46. Derdiyok)

Angleterre: James; Brown, Ferdinand, Upson, Ashley Cole (74. Bridge); Jenas (57. Wright-Phillips), Barry (74. Hargreaves), Gerrard; Bentley, Joe Cole (57. Crouch); Rooney (86. Ashley Young)

Fin de l'infobox

Euro 2008

La Suisse et l'Autriche, pays coorganisateurs de la phase finale de l'Euro 2008 qui aura lieu du 7 au 29 juin 2008, sont automatiquement qualifiés.

Les 31 matches se disputeront dans quatre villes suisses (Bâle, Berne, Genève et Zurich) et quatre villes autrichiennes (Innsbruck, Klagenfurt, Salzburg et Vienne). La finale aura lieu à Vienne le 29 juin. La Suisse jouera ses matches de qualifications à Bâle.

La finale sera transmise dans 170 pays. Plusieurs millions de téléspectateurs devraient être devant leur poste.

Ce sera le plus grand événement sportif jamais organisé en Suisse. Le pays attend plus de 5,4 millions de fans de foot, dont 1,4 million venant de l'étranger.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×