La Suisse s'ouvre une voie royale

Les Suisses saluent leurs nombreux supporters après leur succès face au Togo. Keystone

La victoire enregistrée lundi face au Togo (2-0) permet aux joueurs suisses d'envisager avec optimisme leur qualification pour les huitièmes de finale du Mondial.

Ce contenu a été publié le 19 juin 2006 - 20:44

Grâce à la seconde réussite de Tranquillo Barnetta, en toute fin de partie, ils peuvent désormais se contenter de partager l'enjeu avec la Corée lors du dernier match du groupe G.

«Nous avons toujours gagné les matches que nous devions gagner contre des équipes présumées plus faibles», affirmait encore Alexander Frei avant la rencontre cruciale contre le Togo.

Sûr de son fait ou adepte de la méthode Couet, l'attaquant helvétique – vivement critiqué après le premier match contre la France pour une faute de main stupide qui a privé la Suisse de la victoire – a joint le geste à la parole lundi à Dortmund.

Dans le Westfalenstadion tout de rouge et de blanc vêtu - plus de 40'000 supporters helvétiques avaient fait le déplacement pour soutenir leurs favoris – le Bâlois a en effet marqué le premier but du match et montré la voie à suivre à ses coéquipiers.

Les chants des fans en ont redoublé de plus belle, jusqu'à l'explosion de joie finale, à deux minutes du terme de la rencontre. Comme un seul homme, le stade s'est en effet levé pour saluer le but libérateur marqué par le milieu de terrain Tranquillo Barnetta, bien servi par le remplaçant Mauro Lustrinelli.

Des calculs d'épicier

Une nouvelle fois, le coaching de l'entraîneur Köbi Kuhn a fait des merveilles. Car c'est bien ce second but qui ouvre désormais une voie royale à l'équipe de Suisse dans la compétition mondiale.

Alors qu'il ne reste qu'un seul match à disputer dans le cadre du groupe G, la Suisse occupe en effet la tête du classement. Certes, à égalité de points avec la Corée du Sud, mais avec une meilleure différence de buts (la différence entre les buts marqués et les buts encaissés).

Comme ce critère est déterminant pour départager deux équipes en cas d'égalité, la Suisse peut donc se «contenter» de partager l'enjeu avec ladite Corée du Sud, qu'elle rencontrera vendredi soir à Hanovre, pour accéder aux 8es de finale du tournoi.

Et ce, indépendamment du résultat de la France, qui occupe la troisième place actuelle du groupe avec deux points, et qui jouera son dernier match contre le Togo.

La victoire et deux buts d'écarts

«Nous étions venus chercher une victoire avec deux buts d'écart et nous y sommes parvenus. Nous sommes forcément très satisfaits», concédait logiquement le défenseur Patrick Müller après la victoire helvétique face au Togo.

«Nous savons désormais qu'un match nul nous suffit pour nous qualifier pour la suite du tournoi. C'est intéressant, mais nous n'allons pas tabler sur un partage de l'enjeu et nous allons tout entreprendre pour gagner contre la Corée du Sud vendredi. Cela nous permettrait de terminer seul en tête de notre groupe.»

«Nous savions qu'il nous fallait marquer ce second but contre le Togo, concluait pour sa part Ludovic Magnin. Tout va maintenant une nouvelle fois se jouer sur un match, mais avec cette équipe de fous, on commence à en avoir l'habitude. C'est reparti pour un tour!»

swissinfo, Mathias Froidevaux à Dortmund

Faits

Après 2 rencontres dans le groupe G, la Suisse est en tête avec la Corée du Sud avec 4 points, la France 3e avec 2 points et le Togo ferme la marche avec 0.
Au prochain tour, la Suisse affronte la Corée du Sud et la France le Togo.
Seules les deux premières équipes du groupe sont qualifiées pour la phase suivante.
Si des équipes se trouvaient à égalité, elles seraient départagées par la différence de buts (marqués et reçus), puis par le nombre de buts marqués et, enfin, en fonction des confrontations directes.

End of insertion

En bref

- Lors de sa dernière participation à une phase finale de Coupe du monde il y a douze ans aux Etats-Unis, la Suisse s'était qualifiée pour les 8es de finale où elle avait perdu contre l'Espagne (3-0).

- Cette année en Allemagne, la Suisse participe à sa 8e phase finale de Coupe du Monde de football.

- Les Helvètes ont enregistré leurs meilleurs résultats lors des éditions de 1934, 1938 et 1954 du Mondial en se hissant, à chaque fois, jusqu'en quarts de finale de la compétition.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article