Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le nombre de requérants d'asile a chuté en 2003

De plus en plus d'étrangers ont de la peine à justifier leur demande d'asile.

(Keystone)

Le nombre de demandes d´asile a baissé d´environ 20% en Suisse l'an dernier. 20 806 requêtes ont été déposées, soit 5319 de moins qu´en 2002.

Dans ce contexte, ils faut relever que le nombre de démarches non justifiées a nettement augmenté.

La Suisse n’est pas entrée en matière sur 7818 demandes présentées l´année passée, contre 6445 en 2002, précise le porte-parole de l´Office fédéral des réfugiés (ODR), confirmant une information du quotidien alémanique Berner Zeitung.

Plusieurs raisons expliquent l´augmentation des non-entrées en matière. Selon Dominique Boillat, de plus en plus de requérants ne donnent aucun motif à leurs demandes d´asile.

Le nombre de requêtes en provenance de pays dits «sûrs», comme les pays de l´Europe de l´Est qui entreront dans l´Union européenne (UE), s´est en outre accru.

Enfin, les autorités helvétiques compétentes tranchent plus rapidement qu'auparavant dans les cas clairs.

Plus de Russes et de Géorgiens

Les demandes d’asile en provenance de l’Est ont progressé. Jusqu’à présent, la Géorgie et la Russie n´avaient jamais fait partie des dix plus importants pays de provenance, relève Dominique Boillat. La première arrive maintenant au cinquième rang et la seconde au neuvième.

Une tendance qui est d'ailleurs constatée dans plusieurs pays d’Europe. L’ODR publiera les chiffres officiels dans le courant du mois de janvier.

Mais on sait d'ores et déjà que les personnes en provenance des anciennes républiques soviétiques occupent en effet les premiers rangs des demandeurs d’asile.

Des problèmes ont été constatés avec certains requérants. Plusieurs plaintes adressées à l´ODR accusent des jeunes Géorgiens ou des Russes d'agressivité.

Aucun statistique officielle n’étaie toutefois ce genre d'affaire. Qui concerne des cas individuels.

La majorité des demandes d´asile provient toujours de la Serbie-Monténégro et de la Turquie, explique Dominique Boillat.

Les requêtes en provenance d´Irak (3e rang) et d´Algérie (4e ) ont augmenté. Alors que celles des ressortissants de certains pays d´Afrique noire (Congo ou Nigéria) ont diminué.

Fin de l’aide sociale

Pour cette année, le porte-parole de l´ODR estime que le nombre de demandes se situera dans le même ordre de grandeur qu’en 2003.

Des facteurs tels que des nouveaux conflits ou les négociations avec l’Union eorpéenne (UE) peuvent toutefois fortement influencer les fluctuations du nombre de requêtes.

En dépit du net recul des demandes en 2003, les économies se poursuivront dans ce secteur. Ainsi, dès le premier avril, les requérants déboutés n’auront plus droit à l’aide sociale.

Sur la base des chiffres de l’année 2003, cette mesure touchera 7818 personnes exactement.

Et la tendance va vers un durcissement des critères d’admission, estime encore le porte-parole de l’ODR. L’arrivée du Christoph Blocher (droite dure) au poste de ministre de la justice n’y est sans doute pas totalement étrangère.

Recommandations de la Croix-Rouge

Dans un rapport publié mercredi, la Croix-Rouge suisse (CRS) estime qu’un nombre indéterminé de demandeurs déboutés restera en Suisse sans titre de séjour valable, entrant du même coup dans la clandestinité.

Pour les cantons et les communes qui doivent les assister, souligne la Croix- Rouge, «cette évolution constitue un nouveau défi humanitaire et ce d’autant plus qu’il n’existe aucune norme ni directive susceptible de les guider dans l’application de ce droit inscrit dans la constitution».

Le département migration de l´organisation a élaboré les modalités pratiques de cette aide dans les domaines de l´hébergement, de l´aide alimentaire et vestimentaire, de l´hygiène, de l´assistance ainsi que de la prise en charge médicale.

Selon la CRS, ces propositions visent à fournir des premiers repères aux autorités cantonales et communales. Le rapport opère en outre une distinction entre l´aide de première nécessité et l´aide d´urgence.

La première consiste principalement à fournir à court terme un abri, de la nourriture, une assistance et des soins médicaux à des personnes se trouvant dans la détresse.

En revanche, la seconde se conçoit comme une prise en charge individuelle à moyen et à long terme.

swissinfo et les agences

En bref

- Par rapport à 2002, le nombre de demandes d’asile déposées auprès des autorités suisses a reculé de près d’un quart.

- Les requérants en provenance de Russie et des anciennes républiques soviétiques sont de plus en plus nombreux, tandis que les Africains en provenance du Congo ou de Somalie diminuent.

- Pour 2004, l’Office fédéral des réfugiés table sur un nombre de demandes similaire à celui de 2003, sous réserve de l’éclatement de nouveaux conflits.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×