Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le plan suisse Influenza 2006 est prêt

La Suisse a déjà un stock de l'antiviral Tamiflu pour plus de 2 millions de doses.

(Keystone)

Sur le papier, la Suisse est prête à faire face à une pandémie de grippe. Le nouveau plan Influenza 2006 a été publié lundi sur Internet.

Cette stratégie prévoit notamment l'approvisionnement en médicaments antiviraux et en vaccins contre la grippe.

La Confédération a constitué un stock de l'antiviral Tamiflu permettant de traiter plus de deux millions de malades et de protéger le personnel soignant.

Lorsque la pandémie paraîtra inéluctable, 10% de la réserve seront distribués aux cantons pour éviter une rupture lorsque le marché libre sera épuisé, indique lundi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bulletin hebdomadaire.

Le gouvernement a par ailleurs annoncé fin juin l'achat de 8 millions de doses d'un nouveau vaccin prépandémique pour protéger toute la population contre la grippe aviaire.

La question des masques de protection

La négociation d'un contrat avec un ou deux producteurs du vaccin se poursuit, précise le porte-parole de l'OFSP Jean-Louis Zurcher, qui ne souhaite pas donner davantage d'informations à ce propos.

L'objectif est de disposer des doses début 2007 et de les stocker de manière centralisée. La distribution reste à définir entre les divers acteurs concernés. Mais le plan est «un instrument dynamique», ajoute le porte-parole.

Par exemple, la question de la remise des masques de protection ne peut pas être réglée tant qu'il n'existe pas de recommandations mondiales en la matière.

Adapté au plan de l'OMS

Le plan suisse est conforme à celui de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de mai 2005. Il a été élaboré par l'OFSP avec les autorités cantonales, le Groupe de travail Influenza et de nombreux experts.

Un premier plan helvétique avait déjà été ébauché en 2000, mais il a été entièrement revu à la lumière de la menace d'origine aviaire. Désormais, le quart de la population serait couvert, selon les recommandations de l'OMS.

Le document permet aux partenaires nationaux d'élaborer leurs propres dispositifs de préparation, en particulier les plans de pandémie cantonaux. Il sert aussi à informer l'OMS, l'Union européenne et les pays voisins sur le plan de lutte suisse.

Sans mesures de santé publique, une grippe pandémique de la virulence de la grippe espagnole de 1918 provoquerait en Suisse près de 2 millions de malades et quelque 10'000 décès, estime l'OFSP dans son rapport.

A elle seule, la grippe saisonnière tue chaque année entre 400 et 1'000 personnes.

swissinfo et les agences

Faits

Selon le plan national de lutte contre les pandémies, une forme de virus de la grippe aviaire capable de se transmettre d'humain à humain pourrait faire en Suisse jusqu'à 1,85 million de malades.
Parmi eux, 46'000 devraient être hospitalisés et 7'400 décèderaient.
Toujours selon le plan, les frais occasionnés par une telle pandémie se monteraient à 2,3 milliards de francs suisses.

Fin de l'infobox

En bref

- En Suisse, la gestion de la santé publique est de la compétence des cantons. Le pays a donc 26 systèmes sanitaires différents.

- Comme le stipule la Constitution, la Confédération peu aussi prendre dans mesures dans le domaine de la santé.

- Elle peut en particulier édicter des prescriptions dans la lutte contre des maladies transmissibles très dangereuses.

- Elle peut aussi légiférer sur l'utilisation d'aliments, de médicaments, de drogues et de substances chimiques qui mettent la santé en danger.

Fin de l'infobox


Liens

×