Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Mission accomplie pour le bateau solaire suisse

sun21 lors de son arrivée à New York.

(swissinfo.ch)

Le bateau solaire suisse sun21 est arrivé mardi à New York. Il achève ainsi son voyage après avoir traversé l'Atlantique et longé la côte est des Etats-Unis.

Le sun21 a parcouru les quelque 7000 miles marins de son périple sans aucune goutte de carburant, en utilisant uniquement l'énergie solaire. C'est une première mondiale.

L'équipage, accueilli par la foule sous le ciel sans nuages du port de North Marina Cove, s'est montré heureux et également assez fier d'avoir atteint son but.

Le skipper Michel Thonney a indiqué qu'en bon marin, il n'était pas homme à beaucoup parler. Il avait cependant un message à faire passer après cette expérience unique: «Le soleil est le carburant de l'avenir».

A leur arrivée, les cinq membres d'équipage ont été accueillis par le consul général de Suisse Christoph Bubb et par des représentants de la ville de New York. Le maire de la ville, Michael Bloomberg, les a félicités dans un message de bienvenue.

De nouveaux jalons

Christoph Bubb a déclaré qu'avec son périple, l'équipage avait posé de nouveaux jalons en matière d'utilisation de l'énergie solaire. Cette performance donne l'image d'une suisse innovante en matière de recherche et de formation, a indiqué le consul général, des thèmes qui sont d'ailleurs au cœur de «ThinkSwiss», l'actuelle campagne de Présence Suisse aux Etats-Unis.

Le bateau solaire était parti de Bâle en octobre 2006. Le 3 décembre, le catamaran quittait le continent européen pour atteindre la Martinique le 2 février, après 29 jours de traversée de l'Atlantique. De là, le voyage de sun21 s'était poursuivi vers Miami, puis le long de la côte américaine en direction de New York.

Le voyage s'est déroulé sans panne majeure. Les dieux de la météo se sont montrés favorables, même si l'équipage a parfois dû naviguer sur une mer agitée et à travers des vagues atteignant jusqu'à sept mètres de haut.

Potentiel confirmé

Outre leurs sponsors qui ont rendu l'aventure possible, le skipper Michel Thonney, le constructeur du bateau Markus Wüst, le biologiste marin David Senn, le médecin Martin Vosseler et l'historien Beat von Scarpatetti ont remercié le soleil.

Le but de cette traversée de l'Atlantique était en effet de prouver le potentiel de l'énergie solaire dans le domaine de la navigation. «Nous y sommes parvenus, a déclaré Martin Vosseler. Nous voulions prouver à petite échelle ce qui doit être réalisé à grande échelle si nous voulons désamorcer les menaces du changement climatique.»

Selon le médecin, il ne faut en aucun cas céder au fatalisme. Il faut en revanche beaucoup de créativité et des actions courageuses pour aider les énergies propres à percer.

«L'énergie nucléaire n'est pas une solution, a encore déclaré Martin Vosseler à swissinfo. Mais avec le soleil, nous avons à une distance respectable de la Terre une centrale au potentiel incroyable qu'il suffit d'utiliser.»

Selon le médecin, l'énergie solaire offre aussi de nombreuses opportunités en matière de développement économique. «Ne manquez pas cette chance», a demandé Martin Vosseler aux politiciens de Suisse et du monde.

Bonnes et mauvaises nouvelles

Le biologiste marin David Senn a profité de ce voyage à travers l'Atlantique pour se livrer à quelques études. «J'ai découvert une fascinante diversité de micro-organismes, a-t-il indiqué. C'est très important, car toute la vie dépend du plancton.»

En revanche, plus le bateau avançait vers l'ouest, moins la situation des dauphins et des baleines semblait bonne. «C'est un signe clair de la surpêche», analyse le biologiste. Par ailleurs, les déchets laissés dans la mer représentent un problème grave.

A New York, l'équipage va maintenant participer à plusieurs manifestations en relation avec l'énergie solaire. La Suisse organisera notamment une discussion dans le cadre de la session de la commission des Nations-Unies pour le développement durable.

swissinfo, Rita Emch, New York
(Traduction de l'allemand: Olivier Pauchard)

Faits

La construction du sun21 a coûté environ 900'000 francs.
Avec cette traversée de l'Atlantique, le bateau devrait entrer dans le Guiness Book des records.
Le catamaran sera rapatrié en Europe par cargo et remis au WWF Madrid qui l'utilisera pour des projets de défense de l'environnement.
Le projet sun21 a été financé par une fondation privée tout spécialement créée pour l'occasion (Transatlantic21) et par d'autres sponsors privés.

Fin de l'infobox

sun 21

Pendant sa traversée de l'Atlantique – du port espagnol de Chipiona jusqu'à la Martinique – le catamaran a produit environ 2000 kWh d'énergie solaire.

Long de 14 mètres et large de 6 mètres, le bateau fonctionne uniquement à l'énergie solaire. La moitié de l'énergie absorbée durant la journée par les cellules solaires est emmagasinée dans des batteries, ce qui permet au bateau de continuer à se mouvoir durant la nuit. Si le ciel reste longtemps nuageux, la vitesse s'en trouve réduite.

Le catamaran peut naviguer à une vitesse maximale de 9 nœuds (environ 16,5 km/h). Sa vitesse moyenne est de 5 à 6 nœuds (10-12 km/h).

Le bateau a été construit par l'entreprise MW-Line d'Yverdon, dans le canton de Vaud. De catamarans du même type avaient été utilisés durant l'Exposition nationale 02 sur les lacs de Neuchâtel, de Bienne et de Morat.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×