Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pascal Couchepin à la rencontre des religions

Pascal Couchepin et le grand cheikh de la Mosquée d'Al Azhar, Mohammed Sayyed Tantawi (à droite).

(Keystone)

Au troisième jour de sa visite en Egypte, le président de la Confédération a rencontré les représentants de plusieurs communautés religieuses jeudi. Il a souligné leur volonté de cohabiter.

Pascal Couchepin doit encore rencontrer le président égyptien Hosni Moubarak. Il avait entamé son voyage officiel dans les pays méditerranéens lundi au Maroc.

«Toute forme de terrorisme ou de violence est contraire aux principes de l'islam». C'est ainsi que Pascal Couchepin a résumé le message de Mohammed Sayyed Tantawi, grand cheikh de la Mosquée d'Al Azhar, qu'il a rencontré jeudi au Caire.

Au terme de son entretien avec le dignitaire religieux, le président et ministre de l'Intérieur suisse lui a exprimé sa reconnaissance. «Le message que transmet le grand Imam est un message de paix», a déclaré Pascal Couchepin interrogé par swissinfo.

Les deux hommes ont notamment abordé la question du fondamentalisme.

Rapportant les propos de Mohammed Sayyed Tantawi, le président de la Confédération a souligné que la Mosquée d'Al Azhar combattait toutes les formes d'extrémisme. D'après le grand cheikh en effet, «le terrorisme est une catastrophe religieuse et humanitaire».

Encourager le dialogue

Abritant le siège de l'université du même nom, la Mosquée d'Al Azhar, au Caire, est l'un des centres de formation de la communauté islamique égyptienne.

Lors de la visite de cette université, actuellement fréquentée par des jeunes gens issus de 104 pays différents, le président de la Confédération a abordé plusieurs étudiants qui étaient en train de lire les écrits de Mahomet. Il les a notamment interrogés sur leur origine, les branches qu'ils étudient et leurs projets futurs.

«Il n'y a pas un islam, il y a une multitude d'islam», a par ailleurs indiqué Pascal Couchepin.

De son voyage dans les pays méditerranéens entamé lundi au Maroc, le ministre de l'Intérieur retient en effet que «le monde musulman est aussi divers que le monde occidental. Il a ses problèmes, qu'il faut aborder de manière pragmatique».

Tout en reconnaissant que ces deux mondes avaient «des problèmes de coopération et de dialogue», le président suisse a affirmé que les solutions existaient. «Lorsqu'on partage des valeurs communes - des valeurs de science, d'étude et finalement de tolérance, comme c'est le cas avec le grand cheikh de la Mosquée d'Al Azhar -, il y a toujours une voie pour une solution.»

Du côté des coptes

Ayant placé sa journée sous le signe de la religion, Pascal Couchepin a également rencontré le pape Chénouda III, chef spirituel de l'Eglise copte. A cette occasion, il s'est intéressé à la cohabitation entre les musulmans et les chrétiens.

«Les deux communautés ont les mêmes droits et les mêmes devoirs», a pour sa part affirmé le cheikh Mohammed Sayyed Tantawi. Un constat repris par le président de la Confédération : «Les coptes n'ont pas le sentiment d'être une minorité», a-t-il souligné après avoir dialogué avec le pape Chénouda III.

La cohabitation n'est pourtant pas toujours facile. En octobre 2005, des altercations avaient éclaté entre musulmans et coptes. En 2006, un chrétien avait perdu la vie dans une attaque contre une messe copte qui avait fait 16 blessés.

Rencontre avec Moubarak

Avant son retour en Suisse dimanche, Pascal Couchepin doit encore rencontrer le président égyptien Hosni Moubarak. Les deux hommes feront un tour d'horizon des projets culturels, scientifiques, religieux et économiques des deux pays, a indiqué le porte-parole de Pascal Couchepin.

swissinfo et les agences

L'Eglise copte

Selon le pape Chénouda III, chef spirituel de l'Eglise copte, près de 12% des 80 millions d'Egyptiens sont coptes. Chénouda III est à leur tête depuis 1971.

L'Eglise copte remonte au christianisme égyptien de la fin de l'Antiquité. Son fondateur est l'évangéliste Marc qui fut le premier évêque d'Alexandrie.

Jusqu'à la conquête musulmane de l'Egypte, au 7ème siècle, une majorité des habitants des bords du Nil étaient de religion copte.

Parmi les coptes célèbres, il faut citer l'ancien secrétaire général de l'ONU Boutros Boutros-Ghali ou encore l'acteur Omar Sharif. La Suisse compte une petite communauté copte.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×