Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Solar Impulse s’offre une escale chez les grands

Solar Impulse s’est posé à midi sur l’aéroport de Genève avant de redécoller pour retourner sur sa base de Payerne. L’avion solaire de Bertrand Piccard et André Borschberg effectuait pour la première fois un atterrissage sur une piste civile.

Le vol, effectué à une moyenne de 50 km/h, a duré un peu plus de quatre heures. André Borschberg, le pilote, a qualifié cette sortie de «grand moment» devant les nombreux journalistes et curieux venus admirer la machine sur le tarmac genevois. Le vol a été qualifié d'agréable. L'atterrissage s'est avéré être la manoeuvre la plus délicate. L'appareil ne pardonne rien et «on a été un peu balloté».

Avec cet atterrissage à Cointrin et l'immersion dans le trafic aérien, le programme Solar Impulse «a quitté la petite enfance pour aller vers l'adolescence», a ajouté André Borschberg. L'équipe prépare maintenant un vol international prévu pour 2011, puis ce sera le grand saut, avec la traversée de l'Atlantique et le tour du monde.

«C'est un vol chargé de beaucoup de symboles», a enchaîné Bertrand Piccard. L'aérostier vaudois a surtout apprécié le passage à 150 mètres au-dessus de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). L'aventure du Solar Impulse a été lancée il y a sept ans en ce lieu «et toutes les images des débuts nous sont revenues», a-t-il déclaré.

La machine qui s'est posée à Genève est un prototype. L'avion ressemble à un oiseau fragile, avec d'interminables ailes et un petit corps. Pour faire le tour du monde, et être capable de voler cinq jours et cinq nuits, un autre appareil devra être développé. Les travaux sont déjà en cours.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×