Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sept morts mais pas de punition

La catastrophe de Gretzenbach avait ému la Suisse entière en 2004.

(Keystone)

La mort de 7 pompiers dans un garage à Gretzenbach n'entraînera pas de poursuite. L'enquête conclut à une construction défectueuse, mais il y a prescription.

Le Ministère public soleurois a présenté mardi les résultats de l'expertise demandée après l'accident du 27 novembre 2004.

Les experts ont conclu à des manquements dans la planification et la construction du garage, lesquels ont notamment conduit à l'effondrement du toit. L'incendie qui s'était déclaré n'est donc pas seul en cause.

Le toit du garage était recouvert, sur pratiquement toute sa surface, par une couche de terre trop épaisse. Les calculs statiques pour plus de la moitié des piliers de soutien se sont avérés incorrects, a indiqué l'expert Aurelio Muttoni.

Les experts ont constaté en outre des erreurs dans la réalisation des piliers de soutien. C'est en raison de ces erreurs que les piliers ont transpercé le toit, les piliers restant en partie intacts.

Risque d'effondrement dès 1990

En 1990 déjà, lors de l'achèvement du garage, un danger latent d'effondrement existait, d'après M. Muttoni. Finalement, l'incendie a entraîné l'écroulement du toit en raison des lacunes dans la construction. L'incendie seul n'aurait pas pu le provoquer.

En raison de ces lacunes, il existe la possibilité que les responsables aient pu se rendre coupables pour manque de diligence dans la construction, a dit le procureur Rolf von Felten. Mais comme il ne peut s'agir que d'une faute par négligence, le délai de prescription est de sept ans. En cas de changement de propriétaire, ce délai aurait été échu au plus tard en 2001.

Possibles plaintes civiles

Le Ministère public veut par conséquent classer l'affaire. Auparavant, les personnes concernées, parmi lesquelles les familles des défunts, pourront s'exprimer sur l'expertise et sur la question de la prescription.

Ils ont encore la possibilité de porter plainte sur le plan civil pour obtenir d'éventuels dommages et intérêts ou une réparation du préjudice moral.

swissinfo et les agences

En bref

- Le 27 novembre 2004, une voiture prenait feu en raison d'une défectuosité technique, provoquant un incendie dans un garage souterrain à Gretzenbach (Soleure).

- Le plafond s'était effondré, causant la mort de sept pompiers.

- Le drame avait soulevé une grande émotion en Suisse.

- L'expertise a conclu à des lacunes dans la construction du garage, mais celles-ci sont soumises à la prescription et il n'y aura pas de poursuites.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.