Berne offre l'asile à l'ours des Grisons

La ville de Berne est prête à accueillir l'ours «JJ3», si les autorités du canton des Grisons décident de l'abattre. L'animal aurait sa place dans le futur parc destiné à remplacer l'antique fosse aux ours.

Ce contenu a été publié le 08 avril 2008 - 15:46

«L'ours devrait venir chez nous avant d'être abattu», indique Bernd Schildger, qui a transmis sa proposition aux autorités grisonnes.

Mais pour Georg Brosi, directeur de l'Office de la chasse et de la pêche du canton des Grisons, il vaudrait mieux que le plantigrade soit mort plutôt que captif. «Enfermer un ours habitué à vivre à l'état sauvage n'est pas défendable d'un point de vue de l'éthique animale», explique-t-il.

Dans les Grisons depuis l'été 2007, «JJ3» est un ours à problèmes. Il est suivi à la trace grâce à un émetteur. Il s'approche régulièrement des zones habitées, mange des moutons, pille des ruches et fouille les poubelles pour y trouver de la nourriture.

Si la bête ne change pas ses habitudes et devient dangereuse pour les hommes, elle sera abattue. A l'inverse, son demi-frère «MJ4», ne pose pour l'instant pas de problème car il évite les zones habitées et les hommes.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article